29 novembre 2015

Le lac

Ses yeux d’azur profond, et l’eau de sa tendresseIl les porte enchâssés en gemmes de caressePour elle, il a marché sur les chemins du mondePour elle, il est allé sur les hautes montagnes Là où l’air est si pur que le regard se perdLà où silencieux, planent les grands oiseauxLà où les mots s’envolent et libèrent l’espritLà où les rochers roux se dressent et trouent le ciel Il a cueilli pour elle des ancolies sauvagesA peine dépliées sous le soleil de maiIl a caressé, tendre, leur robe de satinComme sa peau à elle, au tout petit matin... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :