25 novembre 2015

Colère

Mes pleurs ne coulent plus. Et pourtant, les larmes ont été bien longtemps ma soupape de sécurité face à la montée des émotions.Mes dernières larmes ?Une sinistre semaine de janvier où furent assassinés ceux qui étaient pour moi les symboles de l’esprit critique et de la liberté de créer.Ceux dont la mort fut banalisée par ceux qui dirent « ils l’ont bien cherché avec leurs caricatures des religions »J’ai pleuré des seaux de larmes. Ne parvenant pas à comprendre.Il n’y avait rien à comprendre. C’était. Et pourtant,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2015

Et Dieu dans tout ça?

D’aucuns rejettent un Dieu, lui reprochant le monde et son lot d’injustices. Enfin, disant plutôt qu’il ne peut exister, ce bon Dieu dont on parle dans les églises, puisqu’il permet tout ça, qu’il ne l’empêche pas.Il devrait l’empêcher, retenir le bras du sanguinaire. Comme si c’était aussi simple.A les entendre, ce Dieu devrait supprimer de la surface de la terre tous les cruels, tous les méchants, tous les monstres.Ce serait trop facile. Et il serait despote ce Dieu de toute puissance. Il aurait ce pouvoir dont se vêtent les... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2015

Le matin était froid. Le gel était venu.

Le matin était froid. Le gel était venu.Les feuilles étaient gercées et penchaient vers le sol.Le soleil colorait de doux les branches dénudées.L’air était vivifiant. A mes côtés, le chien trottinait insouciant.Quelle nuit ont-ils passé les migrants de Calais ? Sous leurs tentes.Sous des tentes plutôt que sous des bombes.Mourir de froid ou mourir d’effroi ?Mourir toujours.C’est le lot de l’humain que d’aller vers la mort. Mais la vie ? La vie, cet émerveillement permanent. Cette beauté visible dans l’harmonie des... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Une prestation gratuite

Et bien voilà. Ça devait arriver. Il y a un début à tout. Même à soixante ans, il peut encore arriver des expériences inédites.Et avec un bel homme qui plus est.Plus jeune que soi qui plus est.Et bien non, je ne suis pas devenue cougar, en me disant que je n’avais plus de temps à perdre, que si la mort guette aujourd’hui plus qu’hier, il ne faut pas rater une occasion de passer un bon moment.Non, non.J’allais, précédée en cela par quelques têtes chenues, reconnaissables au blanc qui prend le dessus sur le noir dans la chevelure, dans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2015

Les mots

Quand le besoin d’écrire entenaille et s’entortille au cerveauIl vrille la pensée, il se suspend aux mains et taraude le cœur.Le réservoir de mots déborde à longs sanglots et se répand,Source intarissable dans ce désert aride qu’est le monde Où sont les coupes vides, de cristal pur qui les recueilleront ?Où sont ces esprits clairs qui les dérouleront en phrases harmonieuses ? C’est un flot incessant, un tonneau toujours plein percé de mille trous.A la porte des mondes, ils sont là, impatients : ils trépignent de notre... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2015

La Marseillaise jouée à Notre Dame...

La Marseillaise à Notre Dame…Je viens de l’apprendre.Je me souviens, adolescente, que mes parents nous avaient emmené, mes sœurs et moi, assister au spectacle des chœurs de l’armée rouge qui se produisaient à Lyon. Ce devait être dans les années 70. Mes parents étaient communistes et peu fortunés. Cette sortie était donc un événement.Les chœurs ont démarré le spectacle en chantant les hymnes nationaux. Tout le monde s’est levé. Moi pas.Je ne comprenais déjà pas que l’on puisse se lever pour célébrer ce qui fait l’identité d’un... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2015

Derviches

"White Spirit" de Shoof et l'ensemble Al Nabolsy au musée du quai Branlyhttp://concert.arte.tv S’élèvent les notes rauques au silence bleu de cette nuit profonde, les cœurs suspendus vers l’orient éternel.Ecoute en don de soi.Chant mélopée.La voix psalmodie sa prière louange, chant des profondeur; mains en offrande, les hommes corolle laissent la mélodie pénétrer leur être.En eux le son devient silence.Les bras s’offrent, main droite vers le ciel.L’homme entre en son cercle, corolle blanche en giration.Envol de sa robe, fleur... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 novembre 2015

L'étoile rouge

J’ai visionné récemment un documentaire consacré à Staline.Je savais et je ne savais pas en fait.Mes parents communistes y avaient tant cru à l’URSS et n’avaient vu que le rêve de partage, d’égalité et de fraternité qu’ils s’efforçaient de mettre en œuvre dans leur propre vie, ouvrant leur porte à l’un, à l’autre, secourant l’un ou l’autre, prêtant de l’argent et le récupérant avec difficultés…Ils m’ont transmis cet amour de l’humain, cette vision d’un monde où chacun pourrait satisfaire ses besoins, sans entraver la satisfaction de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2015

Fête des Morts

J’écoutais avec attention ce matin une cinéaste récemment décédée parler de sa grand mère, évoquant cette absence dans sa vie. Une mère dont le silence sur les circonstances de la disparition de la grand-mère ajoutait au poids de chagrin qu’elle faisait porter sur l’enfant qu’était alors la cinéaste.Une famille décimée dans les camps nazis. Ses grands parents. Les grands parents de sa mère également.Une croix à porter pour les survivants.Une présence en creux de leurs vies ; une présence définie par le manque d’êtres que l’on a... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2015

Au jardin, l'hortensia

Au jardin, l’hortensia s’est revêtu de rouge ; ses derniers pétales se sont empourprés. L’été n’est plus qu’un souvenir. Le froid s’installe. J’ai coupé les tiges de verveine : ainsi le froid ne les figera pas. Elles sécheront doucement dans la cuisine, embaumant l’air de leur parfum sucré évocateur d’enfance et de tasses fumantes, le soir à la veillée.Le froid s’installe. Les chattes s’enroulent sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à une couverture de laine, quand ce n’est pas sur mes genoux qu’elles prennent... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,