01 février 2016

Justice ou miséricorde

Ils sont nombreux les Norbert Marot qui sévissent dans le feutré des quatre murs des maisons, en France ou bien ailleurs. Des hommes à peine dégrossis. Restés à l’état d’enfants dans un corps d’homme, avec la force d’un homme. Sûrs de leur bon droit et de leur toute puissance.  Malheur à qui viendra se placer sur le chemin s’il ne leur plait pas qu’il y soit. Pour quelque raison que ce soit.Normal avant cinq ans, s’il perdure, ce sentiment d’être les rois du monde fait de l’homme un sociopathe ou un psychopathe.Tout est permis.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2016

Le chaos et le papillon

Le chaos précède toujours un nouvel équilibre, m’a appris une amie scientifique. Et il faut donc en passer par là pour se transformer.Ouvrir un cocon avant que le papillon ne soit prêt à en sortir, c’est s’exposer à voir un être hybride, plus tout à fait chenille, pas encore papillon. Un innomé qui ne pourrait survivre ni comme chenille, ni comme papillon. Innomé que l’on appelle toutefois chrysalide.Et pourtant dans le programme de vie de la chenille, la totalité des compétences du papillon est enregistrée. Mais à mi-parcours, dans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 janvier 2016

Des paroles qui donnent soif...

Son amie est malade, d’une de ces maladies qui conduit peu à peu et si vite vers la dépendance totale et probablement la mort. Elle est perdue. Elle voudrait ralentir le temps. L’aider. Peut-être même la guérir. Elle lui suggère d’acheter tel matériel pour lui rendre la vie plus aisée, de consulter un psychologue pour l’aider dans ces moments où il faut réapprendre à vivre, autrement, faire le deuil de sa vie passée, entrer dans la retraite avec ce handicap et cette souffrance, après une vie active à se donner sans compter. Pour une... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 janvier 2016

Un soir tout simple

C’était un soir tout simple. Il ne se passait rien. Les voitures défilaient, puis s’arrêtaient au feu. Les passants se hâtaient de rentrer.Le froid n’entenaillait pas encore les mains.L’air ne brûlait pas encore de froid les poumons.À l’est s’élevait pâle et blême, la lune, pas encore pleine.Du couchant émanait comme un feu, une lueur rayonnante.J’entrais au magasin. Il me manquait de la vodka pour poser de l’or sur ma planche d’icône. À la caisse, devant moi, un homme âgé qui plaisantait avec le caissier. Puis derr!ère moi, un autre,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
21 janvier 2016

Rien

Rien.Il est des jours où le rien se fait si présent qu’il envahit l’espace.Et pourtant la vie passe et laisse son empreinte.Ils sont parqués là-bas, enfoncés dans la boue. Et moi, je suis chez moi.À travers les branches dénudées, un ciel blanc doré éclaire la fin de la journée.Tout est calme. Silencieux. Je goûte ma chance et dans le même temps, ce sentiment d’être inutile gâche un peu l’instant, la pause.Depuis que je suis née, je me bats, les yeux ouverts, pour arracher au monde son secret. Ma curiosité m’a conduite à dévorer des... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2016

Absence

J’écoute les chansons de David Bowie. https://www.youtube.com/watch?v=qlZITSZ_Iug Oh, je ne suis pas une spécialiste. Tant de personnes, beaucoup plus compétentes que moi, ont rédigé des articles montrant leur parfaite connaissance des créations et du monde de cet homme. Je me rends compte que mon père, par idéologie, nous avait coupées, mes sœurs et moi de tout ce qui émanait de près ou de loin des États Unis.De ce fait ma culture musicale est bancale. Il me manque des pans entiers pour pouvoir apprécier l’étendue du talent de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 janvier 2016

Question de tempo

L’hiver. Ce drôle d’hiver. Un hiver doux qui se déguise en prémisses de printemps. Et pourtant l’hiver. Ce temps des journées courtes, des soirées qui débutent tôt sinon tirées les grandes draperies pourpre ou orange, frangées d’or, comme une révérence du soleil à la nuit qui s’avance.Tout invite au lent, au doux, au tendre, au chaud.Les yeux noyés dans l’âtre, où s’élancent les danseuses enflammées, où crépitent les bûches tordues par le brasier ardent. On voit passer des visages, des yeux, l’espace d’un instant. Ils traversent le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 janvier 2016

Attraper l'étoile

L’année s’en est allée sous le froid revenu. Les jonquilles en boutons et le millepertuis ont compris que la douceur du temps était un leurre.Au chaud dans la maison, les deux chattes blotties se serrent contre moi.Le temps des retrouvailles, des yeux un peu trop brillants, des sourires tremblés reste dans la mémoire comme cailloux semés sur la route à-venir.Se savoir dans l’humain.Ne jamais l’oublier.Sur la pointe des pieds s’étirer, tendre la main bien loin pour attraper l’étoile.Ouvrir la lourde porte qui scelle tous nos rêves et... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2015

Viens avec moi l'enfant

Viens avec moi l’enfant. Tiens bien serrée ma main.Je marche vers demain depuis si longtemps déjà.J’ai, pour toi, rêvé d’une vie empoudrée d’or, de sourires aimants et de rires en éclat, de danses dans les champs menées en farandoles par des fées jeunes et belles, de chants en harmoniques au plein cœur du désert, au rythme du cœur des tambours des chamans, de diamants scintillant sous un ventre de lune, de fleurs en abondance, de milliers de soleils et d’autant d’arcs en ciel, de nuits d’allégresse et de matins caresse, de corps... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2015

La rose pleure

Ce matin, l’or s’était installé sur les têtes des arbres. Une légèreté de la lumière en poudre réjouissait les yeux et le cœur assombri.Au détour du chemin, seule, sur son rosier, une rose pleurait.La rose de l’amour blessée malgré ses piques dressées.Ce matin, dans la cour grise, le soleil, par pudeur, s’était alors voilé. Ce matin, une voix de vivante, aux mots de Barbara, a donné sa chaleur.Ce matin, des noms furent égrenés.Sinistre chapelet de vies fauchées. Mon cœur à nouveau a rouvert sa plaie saignante et les larmes ont... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,