24 décembre 2015

Ranelagh

Il était là. Il semblait m’attendre. Depuis très longtemps.Droit, solide, campé sur la terre. Sa tête si proche du ciel.  Il respirait lentement ; si lentement qu’on eût dit une palpitation. De celle qui anime le fond des océans ou bien les galaxies. Un souffle si puissant qu’il enveloppait instantanément qui posait ses pas dans sa radiance.Autour de nous, le silence se fit. C'est-à-dire qu’en moi le silence survint. Les enfants couraient toujours en jouant aux indiens, les nourrissons affamés alertaient leurs nounous, les... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 décembre 2015

Paulan

Il s’appelle Paulan. C’est son prénom.Il vient des Iles. Il en a la nonchalance et ces rires qui éclatent comme éclate l’orage dans les cieux tropicaux : on ne le voit pas venir, ça explose et ça part en ondées qui se succèdent, vives, puis qui cessent comme si rien ne s’était passé.Il est plutôt pas bête. Il comprend à mi-mots.On sent bien qu’il pourrait être un étudiant brillant. Et pourtant, il se maintient dans une petite moyenne sans donner l’impression de forcer.Il a tenu un an.Il commence à s’ennuyer en cette deuxième... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 décembre 2015

Il est libre

Il est né quelque part. Il ne sait pas bien où.Sa mère était trop jeune ou trop peu fortunée ou les deux. Ou bien de belle lignée mais...Il y eut une étreinte ou plusieurs, son ventre s’arrondit. Le père a dû partir avant que de savoir. Trop jeune, marié, marin, allemand ou insouciant. Elle l’a mis au monde et l’a confié au sort. Il ne les vit jamais.Enfant tendre et joufflu, au sortir de la guerre, une fossette au creux de ses joues rebondies, il fut brinquebalé de famille et famille. S’adaptant à des femmes qui n’avaient bien... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 décembre 2015

Une reine

Les hasards et les choix de la vie m’ont conduite à loger dans un camping pour de courtes périodes. J’étais en formation pour préparer la troisième partie de ma vie et passer en douceur de ma vie d’enseignante à une vie centrée autour de l’art.La première fois que j’arrivai, je rencontrai le couple responsable de la bonne marche des lieux. Un grand escogriffe, long comme un jour sans pain, un peu voûté, au sourire très doux. Et une petite femme, blonde, d'un blond presque blanc, à la frange franche, au sourire chaleureux.Puis je... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 décembre 2015

Guérir

Elle a travaillé jusqu’à soixante six ans. Vingt ans de temps partiel pour élever les enfants, ça crée un sacré trou dans la carrière d’un enseignant. Elle était prof de philo. Elle a aimé passionnément son métier.Je l’ai retrouvée après quinze ans d’éloignement.Ses yeux si bleus, sa voix chaude et gourmande, son appétit de vivre et puis d’aimer intensément étaient toujours au rendez-vous.Elle a retrouvé mes yeux. J’ai pris quelques kilos, la cortisone aidant et l’âge par dessus. Je n’ai pas pris une ride ou si peu, elles sont... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 décembre 2015

Il est là...

Il est là, allongé. Le canapé est trop petit. Une de ses jambes est repliée. Il a fermé les yeux.https://www.youtube.com/watch?v=vwbxsM-131s Il écoute les voix de ces prières chantées, ces mélodies slavonnes des offices orthodoxes. Les basses sont profondes. Les aigus harmonieux. Ces chants parlent au profond de l’âme depuis le profond de celles des chanteurs. Ils couvrent les pensées d’un voile de silence.Il s’est endormi. Le vieux chat perché, au dessus de lui, le regarde attendri. Où son esprit est-il parti ? Ses traits sont... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2015

Elle ne marche pas. Elle danse.

Elle ne marche pas. Elle danse. Son manteau, une toge de reine gitaneAutour d’elle, la lumière s’éclipse. Tant elle en est remplie.A ses lèvres, les souvenirs affleurent. Un sourire les éclaire.Des flammes dans ses yeux. Elle brûle. Elle est le feu.Ce feu dont s’enivrent les volcans en étincelles rouges dans l’obscur.Elle ne s’assoit pas sur ce siège de train. Elle trône, royale.Sa couronne invisible scintille flottant sur ses cheveux.Ses longues mains s’étirent dans l’espace et ouvrent l’à-venir.Sa joie paillette d’or le moindre de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 novembre 2015

Le bon terreau

Il était dans le quartier. Il m’a téléphoné.Bien qu’ayant quitté le lycée depuis plus de trois ans, il a conservé mon numéro de téléphone.C’est un ancien étudiant. Un jeune des cités. Parachuté à cinq ans de son Afrique natale pour fuir les conflits. Confié à une tante.Vingt ans qu’il est en France. Je ne sais même pas s’il est français. C’est en écrivant que je me le demande, car, à vrai dire, je m’en fiche. Derrière la pièce d’identité se cache un individu, unique. Avec son poids d’histoire. Avec ses émotions. Ses efforts. Ses... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2015

L'homme de la lumière

La mousse a envahi les dalles de l'allée. Mousse verte, drue, douce comme toute mousse. Un voile de tendresse à l’orée de l’hiver. Un clin d’œil au printemps au mitan de l’automne. L’été de la Saint Martin arrondit encore le pays. L’homme s’est levé tôt ce matin. La maison sommeille en paix dans l’entortillé des draps. Pas un bruit. Ce calme d’avant l’agitation du jour... Son appareil photo en bandoulière, il va ses chemins. De vagues tracés de terre arpentés tant et tant. Il va recueillir la rosée de la nuit et l’inouï du jour. ... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2015

Ne reviens pas, grand-père

Tu es revenu, grand père de ce front de l’opprobre, de ces tranchées visqueuses où sont morts tant de frères.La mèche sur ton front est devenue plus grise.Ton visage s’est barré de deux rides fines.Tu étais maigre et sec.Ta bouche fine, jamais ne laissa passer une plainte ou un regret.La nuit en tes cauchemars, tu sanglotais muet. Tu es revenu, grand-père et tu as su aimer, afin que la vie gagne et repousse l’obscur et le laid côtoyés.Cette terre, de sang gorgée, là-bas, si loin de ton Ardèche, tu t’es mis à la travailler, ici,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :