02 février 2016

La Raymonde

Devenir fou de douleur. Fou à n’en plus trouver le sens. Fou à ne plus savoir comment vivre un jour de plus, un instant de plus.Folle de douleur, car c’est d’une femme qu’il s’agit. Son histoire est trop lourde à porter pour que je la porte seule. Pardon de la partager avec vous, je ne peux pas faire autrement. Peut-être qu’après l’avoir lue, cette histoire, vous porterez avec moi cette femme dans votre cœur et qu’il y aura un peu de lumière autour d’elle. Une de ses amies m’en a parlé hier. Une femme de son village qui vit... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 janvier 2016

Pour mes amies et mes amis, mes soeurs

Le poète l’a chanté à la femme : «  que serais-je sans toi ? » et puis il a proclamé «  la femme est l’avenir de l’homme ».Jamais personne n’a écrit que l’homme ne pourrait être l’avenir de la femme. La femme, victime de toutes les servitudes, de toutes les injustices, son intégrité physique parfois même bafouée par des consœurs  savantes, sous couvert de textes religieux ou de dogmes pondus par...des hommes,la femme suspectée d’être alliée au diable et à ses frères, la femme niée dans son statut... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2016

L'instant

Équilibre.Il se tient sur sa petite planche. Il est petit lui aussi. On le distingue à peine tant les éléments imposent leur présence.Ou bien est-ce la planche qui le tient.Il va. Dans ce berceau de mousse dont les formes se font et se défont l’instant d’après. Si petit au sein de ces bras immenses. Mais il ne dort pas.Il va. L’homme se tient sur l’eau. L’eau le tient. Ou plutôt c’est sa capacité à l’épouser au plus près de son mouvement qui le tient.Il ne se tient pas. Marie se tenait debout aux pieds de son fils. Mort. Se tenir,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 janvier 2016

Femme de feu

Il est des rencontres dans une vie que l’on peut compter sur les doigts d’une main, tant elles sont le germe de notre à-venir, alors que nous ne le savons pas encore dans l’instant.Ma rencontre avec elle est de celles-ci.Mon corps était alors habité d’une maladie, hélas de plus en plus à la mode, une maladie auto-immune, dans laquelle le système immunitaire attaque une partie saine du corps, pensant qu’elle met en danger le corps.C’est le boulot des globules blancs que d’œuvrer à l’éradication des ennemis. Pas de détruire le sain.Et... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 janvier 2016

Le grimpeur

Grand. Très grand même. Des jambes qu’il ne parvenait pas à caser sous ces ridicules petits bureaux conçus sans doute pour des nains ou des demi portions. Un sourire de charmeur. Fluide. Je l’ai eu comme élève en section tertiaire, en première et en terminale. Ni très bon, ni un cancre, le minimum syndical. Sa vie à lui aussi semblait se dérouler, plus passionnante, ailleurs. En dehors du lycée. Il eut son bac. Sans grande conviction. Comme un rite de passage sans enjeu majeur. Je ne sais comment je gardais contact avec lui, à une... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
31 décembre 2015

Ikebana

Il me sembla qu'elle pleurait...J’attendais que le feu passe au vert. Il y avait un virage à gauche à prendre ; celui qui n’a pas été…mais je m’égare, j’allais encore parler de politique et contester le système. Idiot car tout va bien en fait. Nous le savons tous. Tout va bien.C’est à cet endroit que se rejoignent la rue qui descend du pont qui enjambe la N12 dans Trappes et la rue centrale de la ville parallèle à la dite N12 ; celle dans laquelle tous les commerces de la ville se suivent en procession, des banques aux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2015

La maison de l'aïeule

Silence profond des objets. Où est votre mémoire ? Gardez vous l’empreinte de nos éclats de rire et de nos coups de gueule ?Posés ici ou là au gré de nos envies, ô l’odeur de la cire molle sur le petit chiffon, cette couleur d’or au parfum de térébinthe : premiers enivrements à lustrer les pieds tout ronds de la table familiale !  Repérage des trous de vers que la gousse d’ail vivement frottée dessus devait envoyer au paradis des vers de bois.Le fauteuil de l’aïeule reste infiniment vide.Mais elle est là,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2015

Petite fille de migrants...

C’était en Espagne. La guerre civile faisait rage, opposant les nationalistes emmenés par Franco et le Front Populaire élu aux élections de 1936, par une courte majorité contre le Front National, et avec une abstention d’un peu plus de 30% de la population.Les nationalistes furent soutenus par les américains qui voyaient dans la présence du Front Populaire le danger d’une gauchisation de l’Espagne, mais aussi par l’Allemagne et l’Italie. La France d’abord favorable au soutien, s’abstint finalement sous la pression de la Grande... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 décembre 2015

Les fromages de Clément

Bienveillant.C’est le souvenir que j’ai de cet étudiant lorsqu’il assistait à mes cours.Bienveillant.Parce qu’il n’assistait pas à mes cours, enfin, il ne venait pas tout le temps. Il séchait. Ô pas souvent, car il était sérieux.Il n’assistait pas à mes cours, quand il venait, il les subissait.Comme il avait l’air las.L’économie ça lui passait au-dessus de la tête. Il faut dire que je n’avais pas encore pris la mesure de la difficulté pour des étudiants sortant de baccalauréat professionnel.Le baccalauréat professionnel est un... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 décembre 2015

Loyauté

Recousue à grands points, maladroits, de fils pris à la hâte, la déchirure baillait sur la blessure des mondes.Son corps la révélait à la flamme de mes mains.Et ce fut une, puis deux, puis un entrelacs confus de cicatrices ardentes. Elles brûlaient dans sa nuit et leurs flammes muettes dévoraient ses pensées et son cœur affaibli.Mes doigts suivaient les fils, posés là comme digue sur un torrent fiévreux.La peau se boursouflait, par endroits tuméfiée, rougie comme des joues qui auraient trop pleuré.C’était un paysage, aux confins de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]