Au fil de ma carrière et de ma vie, ils sont sortis de l'anonymat pour une raison ou une autre; ils m'ont attendrie ou agacée. Je vous les présente.
Quartz rutile ou sombre obsidienne, vous les rencontrerez ici; ils ont marqué ma vie d'une manière ou d'une autre. Peut-être croirez vous les reconnaître. Peut-être m'arrivera-t-il de créer un personnage. Vous ne saurez jamais!

01 octobre 2018

Il faisait beau, hier, si beau

Elle me bouleverse. Je l'ai croisée dimanche, nous allions chercher du pain. Je l'ai félicitée pour sa coupe de cheveux qui la rajeunit. Elle s'est mise à parler, très vite, comme si elle avait peur que je lui coupe la parole. Je ne la connais pas plus que ça pourtant.Elle m'a raconté sa joie de s'être achetée des vêtements pour le jour où elle va fêter ses 70 ans avec mari et enfants dans un joli restaurant de notre ville.- Mon mari m'a donné de l'argent pour ça. Je n'aurais pas osé dépenser tout ça sinon. J'ai toujours peur de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2018

Tout est langage et fleur de langage

Nous nous sommes parlés ce matin.C’est la première fois que nous nous parlons et pourtant nous nous croisons tous les jours sur ce réseau social qu’on appelle facebook et ce depuis plus de dix ans.Cet homme est une souffrance vive depuis son enfance martyrisée en passant par des maladies graves et des blessures invalidantes de l'âge adulte. Savez-vous que les douleurs sont encore plus fortes au plus sombre de la nuit?  C’est le moment où le taux d’endorphines est le plus bas.Au moment où l’on sait, ou l’on imagine que les... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2018

Pour elles

Lorsque je plonge en moi, le regard étonné voit défiler des visages, des silhouettes lentes, qui parcourent le temps de leur pas grave et lourd. J’en reconnais certains de ces visages dont les yeux se posent sur moi en retour. Je vois ma mère en tous ses âges de la jeune femme timide à l’ancêtre grabataire et puis cette vision trois jours avant sa mort : toute vêtue de blanc, assise dans son fauteuil, un grand sourire sur son visage redevenu lumière. Derrière elle, Henriette, très tôt en allée dans les prairies du ciel, la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2017

Michel

L’ami s’en est allé et je porte ma peine. Malgré l’oiseau qui chante au printemps foisonnant. L’ami s’en est allé, sa voix grave et chaude ne m’invitera plus à la joie de danser. Il ne me dira plus « continue, tu le dois, pour eux, pour les petits qui attendent ta voix, pour moi aussi un peu, pour cette lumière en plus que tu ajoutes au jour » L’ami s’en est allé. Je peine à le trouver au beau milieu du ciel là où, dit-on, dansent les anges avec le petit peuple ailé. L’ami s’en est allé. Avec élégance. Vite. Hier encore partageant... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 19:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 décembre 2016

L'église

Des croix.  Blotties près de l’église.L’église, blanchie de lumière. La lumière du levant.Elle, petite, frêle, déposée pierre à pierre  au dessus des préoccupations des hommes, peut-être plus près du dieu qu’ils espéraient. Dans cet ailleurs improbable, inaccessible que les hommes imaginent plus haut qu’eux puisqu’ils ne le trouvent pas tout près. Alors qu’il n’est ni près, ni loin. Ni plus haut non plus.Et puis cette muraille, bleue, froide, érigée vers le ciel. La prière de la terre qui elle aussi aspire au ciel. Ou que... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2016

Pourquoi?

L’air s’était rempli d’orLe couchant s’étalait en longues draperiesAu ciel, trois canardsUn frisson de vent fraisLa grande solitude du soir allait commencerDes heures de grand silence dans la lueur blafarde de l’écran allumé.Il regarda le tronc du grand pin s’embraser, derniers feux du soleil Vite une cigarette.S’emplir de feu pour tenir tête au froid de l’obscur rampant, la nuit comme un manteau sur la ville agitée.La lune allait monter vers sa plénitude. Pâques bientôt et sa promesse de lumière.Il ne savait plus.Le château de sable... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2016

L'élégante

Il est des blessures qui saignent en silence derrière des rires en éclat.Elégance de l’élégante à son fauteuil clouée par la sale maladie.La pensée nous sauve parfois de l’ornière dans laquelle elle nous a jeté.Planche de salut en forme de tapis volant au-dessus des hautes montagnes, des îles égarées, des déserts de sable aux mamelles étouffantes, des villes de solitudes agglutinées. Elle regarde et son regard se perd : l’herbe semble douce.Ses pieds ne la fouleront plus, ils ne se mouilleront plus de rosée le matin au petit... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2016

Les émerveillés

Ils ne font pas partie des people c’est pourquoi on ne les voit jamais.Ils ont dans le regard cette lumière qui ne trompe pas, cette eau dans laquelle se reflètent tous les couchants du monde, tous les levers de lune et tous les champs d’étoile.Ils ont dans le cœur ce brasier ardent dans lequel se consument tous les malheurs du monde à la flamme brûlante de leur trop plein d’aimer.Ils ont fait des études ou bien n’en ont point fait. Ils sont hommes. Ils sont femmes. Ils sont humanité.Plantés là, lorsque s’éteint le jour, ils restent... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2016

Le pianiste

http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/media/ContentItem-306e05f7-a102-42fb-bf8b-dfeca642a88c.htmlÀ partir de la 8ème minute Ils sont là, ensemble, lui presque debout, son piano ouvert.La lumière dessine autour de lui des flammes et des étoiles. Il est dans l’infini. Il vogue.Ses yeux suivent l’oiseau, son cœur écoute les trilles, ses doigts répondent à l’oiseau, ils caressent l’ivoire avec délicatesse, comme une main la soie ou quelque étoffe rare. Les notes s’élèvent, cristal dans le souffle retenu de la foule silencieuse.Il monte... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2016

La Raymonde

Devenir fou de douleur. Fou à n’en plus trouver le sens. Fou à ne plus savoir comment vivre un jour de plus, un instant de plus.Folle de douleur, car c’est d’une femme qu’il s’agit. Son histoire est trop lourde à porter pour que je la porte seule. Pardon de la partager avec vous, je ne peux pas faire autrement. Peut-être qu’après l’avoir lue, cette histoire, vous porterez avec moi cette femme dans votre cœur et qu’il y aura un peu de lumière autour d’elle. Une de ses amies m’en a parlé hier. Une femme de son village qui vit... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]