17 mars 2016

Pourquoi?

L’air s’était rempli d’orLe couchant s’étalait en longues draperiesAu ciel, trois canardsUn frisson de vent fraisLa grande solitude du soir allait commencerDes heures de grand silence dans la lueur blafarde de l’écran allumé.Il regarda le tronc du grand pin s’embraser, derniers feux du soleil Vite une cigarette.S’emplir de feu pour tenir tête au froid de l’obscur rampant, la nuit comme un manteau sur la ville agitée.La lune allait monter vers sa plénitude. Pâques bientôt et sa promesse de lumière.Il ne savait plus.Le château de sable... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2016

L'instant silence

Ce fut un instant silence. Ou bien peut-être deux.Tout semblait suspendu dans l’instant, le temps ramassé sur lui-même comme s’il n’avait jamais existé.De l’écorce des arbres au moindre brin d’herbe, tout était inondé d’une radiance étrange. Chaque endroit de l’espace semblait habité de cette vibration, de cette intensité d’être. Tout était être. Tout était présence. Sans insistance. Et je n’étais plus. J’avais disparu, tout en étant bien là, absorbée par l’étrange spectacle qui s’offrait.Je n'étais plus. Mes pensées s'étaient... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mars 2016

Femmes de mes lignées

Femmes de mes lignéesAncêtres bien aiméesArdéchoises aux yeux de jaisLyonnaises à l’allure décidée,Je vous ai vues un jourParées de beaux atoursAu bras de votre amourL’épousant pour toujours Femmes de mes lignéesAncêtres bien aiméesJe vous ai vues danserDes rondes endiablées,Votre rire a sonnéRevenant du passé,Votre joie a fuséParfumant les années Femmes de mes lignéesAncêtres bien aiméesSous des draps empesésJe vous ai devinées,Par l’homme pénétrées,De son désir arméEn vos corps désarmés. Femmes de mes lignéesAncêtres bien... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2016

Des milliers, vingt et cent...

Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent.Dans des trains à bestiaux, dans des wagons plombés.Les vaches et les hommes les regardaient passer,Avec intérêt pour les premières au milieu des présAvec indifférence pour les autres au sein de leur confortLes autres ? Vous, moi, eux, pères et mères de famille, Bons citoyens français, allemands, polonais, silencieux. Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent.Ils partirent en cendres et aussi en fumée.Il fallut éloigner des villes leur dernière demeure :Le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2016

Le chant du monde

https://www.youtube.com/watch?v=_FkiD5nR-Os Une voix, la nuit, l’enrougi d’un feuDes yeux ardents, la lueur de la flamme,Minuscule dans la pupille.Cercle noir de braise, miroir qui voit. Le son appelle les esprits de la savane et de la steppeSoudain, le lion, le loup, présencesLe ricanement des singes dans la canopée.Frottements, sifflements et passe le ventre du serpent. L’homme offre sa voix aux sans voix.Et puis le chant du vent, des grandes chutes d’eau,Fracassées au rocher, loin, si loin, là-bas, si bas. L’homme, un autre, de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 mars 2016

Naissance

De mes mains nues j’ai déchiré la pierre où reposait l’enfant.Il attendait, patient. Je l’ai porté longtemps dans mes entrailles sombres.Il buvait mon sang. Les arbres, silhouettes ployées sous les assauts du ventMe suppliaient. L’espérance en larme, sur les trottoirs sans fin, une ombreMarchait. Elle a marché longtemps, les pieds souvent en sangSur les chemins Le sol était rempli d’ornières et d’entailles profondesLa pluie, son chagrin Le ciel s’ouvrait de tristesse,  ses nuages et ses ventsHurlaient . J’ai laissé mes... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mars 2016

L'élégante

Il est des blessures qui saignent en silence derrière des rires en éclat.Elégance de l’élégante à son fauteuil clouée par la sale maladie.La pensée nous sauve parfois de l’ornière dans laquelle elle nous a jeté.Planche de salut en forme de tapis volant au-dessus des hautes montagnes, des îles égarées, des déserts de sable aux mamelles étouffantes, des villes de solitudes agglutinées. Elle regarde et son regard se perd : l’herbe semble douce.Ses pieds ne la fouleront plus, ils ne se mouilleront plus de rosée le matin au petit... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2016

Elle avait posé sa tête

https://www.youtube.com/watch?v=pEB_3cxzKv8 Elle avait posé sa tête sur les touches jaunies Du piano silencieux C’était jour de grand calme Au dehors dans le soir chuchotaient des mésanges L’artiste était parti et c’était bien ainsi. S’il s’était contenté de jouer et de marier les mots C’eût été tendres instants et danses délicieuses Mais il criait aussi et menaçait souvent Semeur de tempêtes et de déchaînements. Il n’avait pas compris que le doux de la main S’oublie lorsque la voix se lève. Après lui, le piano était... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 février 2016

Vision

Au point du jour naissant, j’étais allée marcherPieds nus dans la rosée.L’herbe était pailletée d’un tapis de diamants,Les araignées filaient pour secouer leurs toilesAu sol des taches d’ombre et la lumière en traits.La peau de l’étang lisse s’offrait, miroir au cielJe vis deux fois alors se lever le soleil, sa caresse rougie aux flancs des lourds nuages reflétée en écho par la fidélité de l’eau. Révélée par la brume, elle marcha vers moi, comme flottant dans l’air au beau milieu des flots, mains légères et voiles évanescents... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2016

Les émerveillés

Ils ne font pas partie des people c’est pourquoi on ne les voit jamais.Ils ont dans le regard cette lumière qui ne trompe pas, cette eau dans laquelle se reflètent tous les couchants du monde, tous les levers de lune et tous les champs d’étoile.Ils ont dans le cœur ce brasier ardent dans lequel se consument tous les malheurs du monde à la flamme brûlante de leur trop plein d’aimer.Ils ont fait des études ou bien n’en ont point fait. Ils sont hommes. Ils sont femmes. Ils sont humanité.Plantés là, lorsque s’éteint le jour, ils restent... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :