24 mars 2018

Le destin des autruches

Il y a tant de choses choquantes à partager que j'hésite à le faire, ayant peur de lasser. Et pourtant il faut bien savoir ce qui se passe au beau milieu du silence assourdissant de nos préoccupations, de nos medias, de nos soirées au spectacle, de nos conférences de développement personnel, de rencontres avec des éveillés auto-proclamés, de nos divertissements, de nos projets... Enfin, je crois que ce serait bien que l'on sache pour que l'on s'interroge à des alternatives. Sur le mur d'une amie hier- sur le mur, c'est à dire, sur... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2018

Un homme de coeur

Jolie rencontre ce matin. Partie à pied au marché – trois kilomètres et demi tout de même- pour faire un peu d’exercice : oui, parce que je ne supporte pas le début de l’idée de mettre un survêtement pour aller courir, ni de m’installer sur un vélo d’appartement, ni un vrai vélo- j’ai peur, ni d’aller m’enfermer pour faire de la muscu, ni de retrouver des ptites dames de mon âge pour rigoler ensemble en faisant du tai chi ou autres pilates, bref, je me suis dit que marcher régulièrement n’était pas une si mauvaise idée. Même... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mars 2018

L'art de l'icône_4: La préparation de la planche

Réaliser une icône s’inscrit dans une tradition qui se transmet au fil des siècles de l’ancien au néophyte. Comme dans le tai chi chuan que je pratique également. Il m’est arrivé, alors que je pratiquais le salut initial dans la forme lente, de sentir que j’étais, à ce moment précis, en relation avec tous ceux qui depuis des siècles à ce jour, répétaient ces gestes en les habitant de leur conscience. Pour réaliser une icône, c’est à un enchaînement de gestes, de techniques millénaires auquel l’apprenti est convié, faisant suite à... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2018

L'art de l'icône_3: le temps

L'icône et le temps J'ai, depuis toujours, un problème avec le temps. Depuis toujours, non, mais depuis longtemps.Si je commence quelque chose, il me tarde de l'avoir finie; comme si, parce que j'avais la vision du résultat, il devait se produire de manière instantanée! Comme si le temps était une donnée dont je pouvais m'affranchir. Au-dessus du temps, au-dessus des lois du monde: quelle prétention!Et c'est sur cette prétention qu'est bâtie notre société consumériste, prétention qu'elle exploite en nous en nous proposant du... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Stephen Hawking

il•regardait•le•ciel/pas•les•nu ages•lourds•précurseurs•de•l’or age•ni•les•écharpes•rougies•don t•se•vêt•le•couchant•ni•non•plu s•l’explosion•de•lumière•qui•sa lue•nos•aurores/il•cherchait•bi en•plus•loin•dans•l’obscur•des• trous•noirs/revisitant•le•temps •voyageur•de•l’espace/poète•des •étoiles/et•son•esprit•planait• amoureux•entre•les•galaxies/mais•il•aimait•la•terre•et•l’humai n/il•était•de•ces•nobles•de•coe ur•qui•portent•en•haute•estime• tout•ce•qu’est•le•vivant•en•tou tes•ses•facettes/et•malgré•le•c... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 mars 2018

l'épée d'or

lorsqu’arrive•le•soir•les•sons• se•font•plus•doux/l’envie•de•se •blottir•frémit•au•creux•des•br as/les•derniers•oiseaux•s’en•re tournent•au•nid/le•repas•du•soi r•mijote•lentement/craquent•dan s•le•feu•les•bûches•enflammées/ s’allume•devant•mes•yeux•la•spl endeur•sans•pareille•de•l’or•du •couchant•posé•le•long•du•pin/e t•c’est•pure•merveille•que•ce•r ai•de•lumière•révélant•le•sang• de•l’arbre•caché•sous•un•tronc• gris/s’élève•de•la•terre•ce•tra it•d’union•flamboyant/épée•de•l umière•de•quelque•chérubin•à•l’... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2018

À ma cousine

dimanche/le•petit•peuple•s’égos ille•les•hommes•dorment•encore• peut-être•font•l’amour/entre•le s•herbes•humides•musardent•les•chats•toutes•moustaches•en•évei l/le•frais•du•matin•entre•par•l es•baies•ouvertes/une•cousine/l a•plus•jeune/est•morte•cette•nu it/les•souvenirs•me•restent•nou s•n’avions•plus•de•présent•à•pa rtager•depuis•longtemps/le•sole il•dessine•des•rayons•de•miel•s ur•l’arrondi•de•la•colline/touc her•velouté•à•défaillir•de•joie /ma•cousine•repose/loin/elle•se •donne•à•la•joie•de•devenir•lég... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mars 2018

Les merveilleux nuages

l’homme•triste•regardait•la•fem me•du•haut•de•son•mal•d’être•el le•regardait•le•ciel/les•longs• cheveux•comètes•des•lointains•n uages/l’empilement•bonhomme•des •joyeux•cumulus/les•bords•rehau ssés•d’or•lorsqu’arrive•l’obscu r/les•longues•draperies•de•velo urs•indigo•irisées•d’incarnat/c e•bleu•à•défaillir•mince•trait• sous•le•gris•de•l’orage•à•venir /les•longs•doigts•du•soleil•fai sant•du•ciel•vitrail•d’immense• cathédrale/l’arc-en-ciel•glorie ux•au•pied•duquel•dansent•les•r enards•au•japon/le•ciseau•du•hé... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mars 2018

Pour elles

Lorsque je plonge en moi, le regard étonné voit défiler des visages, des silhouettes lentes, qui parcourent le temps de leur pas grave et lourd. J’en reconnais certains de ces visages dont les yeux se posent sur moi en retour. Je vois ma mère en tous ses âges de la jeune femme timide à l’ancêtre grabataire et puis cette vision trois jours avant sa mort : toute vêtue de blanc, assise dans son fauteuil, un grand sourire sur son visage redevenu lumière. Derrière elle, Henriette, très tôt en allée dans les prairies du ciel, la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2018

L'art de l'icône_2: L'or et la lumière

  Je vais parler d'or!Paradoxal, puisqu'on dit que seul le silence est d'or...C'est de l'or de l'icône qu'il va s'agir ici, enfin plutôt de la lumière, des lumières.La technique byzantine consiste à poser d'abord des fonds tout à fait sombres et peu à peu, par éclaircissements progressifs, à conduire la forme à se préciser.Ainsi, devant les yeux de celui/celle qui tient le pinceau, apparaît le sujet. Dévoilement lent, savoureux.Comme une danse amoureuse qui prendrait son temps; ou mieux, au sein de laquelle le temps ne... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]