23 novembre 2015

Gris de Payne

Est-ce le gris de Payne qui inonde le cielAu petit matin blêmeOu le givre tombé sur les derniers pétales?Des larmes s’effilochentAu détour de mes cils, au profondDe mon cœur.La peine remonte en bulles de l’étangDe mon âme.J’avais pourtant jeté la pierreBien loin,Regardé tous les cercles se défaire.Elle est làInstallée pour longtemps en compagneDes joursEn hôte des longues nuits obscures. Mon filsConnaîtras-tu un jour cette villeApaisée,Marcheras-tu sans crainte les cheminsDe ce monde,En tenant par la taille ta belleAux cheveux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2015

La nuit

La nuit était venue.Et avec elle le froid.Le faste aux mille feuxD’incarnat et de pourpreS’était décomposé. Il ne restait du jourQu’une longue trace d’orAllongée sous un amas de gris.Et cet or rayonnait une lueur étrange.On eût dit un souffle, une haleineChaude pour repousser l’obscur,Inflorescence d’un paradis perduRéminiscence de notre bel été. L’ocre s’embrumait de doruresEn dentelles ourlées avec délicatesseL’obscur avec le temps avalait la lumièreUn cercle étincelant enveloppa la terreEn ultime sursaut, révérence solaireAvant... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2015

Le matin était froid. Le gel était venu.

Le matin était froid. Le gel était venu.Les feuilles étaient gercées et penchaient vers le sol.Le soleil colorait de doux les branches dénudées.L’air était vivifiant. A mes côtés, le chien trottinait insouciant.Quelle nuit ont-ils passé les migrants de Calais ? Sous leurs tentes.Sous des tentes plutôt que sous des bombes.Mourir de froid ou mourir d’effroi ?Mourir toujours.C’est le lot de l’humain que d’aller vers la mort. Mais la vie ? La vie, cet émerveillement permanent. Cette beauté visible dans l’harmonie des... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Une prestation gratuite

Et bien voilà. Ça devait arriver. Il y a un début à tout. Même à soixante ans, il peut encore arriver des expériences inédites.Et avec un bel homme qui plus est.Plus jeune que soi qui plus est.Et bien non, je ne suis pas devenue cougar, en me disant que je n’avais plus de temps à perdre, que si la mort guette aujourd’hui plus qu’hier, il ne faut pas rater une occasion de passer un bon moment.Non, non.J’allais, précédée en cela par quelques têtes chenues, reconnaissables au blanc qui prend le dessus sur le noir dans la chevelure, dans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Dans la douceur d'un soir d'automne

Dans la douceur d’un soir d’automneIls sont tombés sous le vent                                  Le vent de la mitrailleFrêles feuilles au printemps de leur vie Dans la douceur d’un soir d’automneLeur sève vive et leur sangOnt regagné la terreA jamais dans un cri de détresse Dans la douceur d’un soir d’automneIls dansaient ou ils fumaient,Ils buvaient à la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Le bon terreau

Il était dans le quartier. Il m’a téléphoné.Bien qu’ayant quitté le lycée depuis plus de trois ans, il a conservé mon numéro de téléphone.C’est un ancien étudiant. Un jeune des cités. Parachuté à cinq ans de son Afrique natale pour fuir les conflits. Confié à une tante.Vingt ans qu’il est en France. Je ne sais même pas s’il est français. C’est en écrivant que je me le demande, car, à vrai dire, je m’en fiche. Derrière la pièce d’identité se cache un individu, unique. Avec son poids d’histoire. Avec ses émotions. Ses efforts. Ses... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2015

L'or pâle

C’est un or pâle au soir qui caresse les feuillesUne douceur frileuseau tronc blanc du bouleauNonchalantes, les fines branches se font lianesEt coulent, onde gracile,dans l’air doré du soir.De gros nuages blancs s’émaillent sur le bleuIl plane comme un voilede tristesse au jardin.Impalpable frisson des arbres sous le vent frais.Leurs troncs nusimpudiques de fragilitéS’étirent par habitude au dessus du tapisde leurs feuilles tombées.Encore un automneCommencé dans la joie qui s’éteint en tristesse.Ou bien en long replivers le... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2015

Les mots

Quand le besoin d’écrire entenaille et s’entortille au cerveauIl vrille la pensée, il se suspend aux mains et taraude le cœur.Le réservoir de mots déborde à longs sanglots et se répand,Source intarissable dans ce désert aride qu’est le monde Où sont les coupes vides, de cristal pur qui les recueilleront ?Où sont ces esprits clairs qui les dérouleront en phrases harmonieuses ? C’est un flot incessant, un tonneau toujours plein percé de mille trous.A la porte des mondes, ils sont là, impatients : ils trépignent de notre... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

La vie

Une étoile dans l’obscur du ciel,Cette nuitUn chant d’oiseau dans le clairDu matinDes arbres qui s’étirentAu loinLe rose déposé sur le flancDu nuageLes gouttes de rosée aux feuillesDiamantsLe sourire d’une amie et ses yeuxEmbués La vie l’emportera sur l’ombre,Ses fusils.La vie, dans nos mains réunies,Nos chantsDans les poèmes que l’on ditAux enfantsDans les rondes et les dansesLégèresLa vie, dans nos cœurs meurtrisMais aimants La vie, debout dans la lumièreL’amour pour seule bannière.   MC Novembre 2015
Posté par Encre mauve à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2015

L'an Un

Le glas a résonnéLes anges ensanglantés pleurentLa brume s’entortille aux arbres de la villeLe soleil pâle s’endortDans des draperies mauvesLes trottoirs se font chapelles ardentes. La mitraille a parléEt réveillé le parfum de la peurLes hommes  cherchent à se réchaufferLeurs étreintes mouilléesLes apaisent trop peuIls sanglotent en leurs songes Le peuple est prêtà accepter, il tend les mains, vaincuEt se laisse enfermer dans des lois scélératesL’ennemi n’est pas làOù il fait mine d’êtreIl avance masqué, le roi des mascarades... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]