24 novembre 2015

Graines de rêve

Avoir le cœur si lourdQu’il se défait en pluieSur le tapis froisséDes feuilles déjà mortes Regarder ce qui vient,Ecrit dans les prémissesA l’encre des sueursDe ceux qui sont tombés Sentir le poids de vivreNe pouvoir l’écarterSe trouver bien petitFace au colosse argent S’enfoncer dans la nuitPour y chercher la paixNe plus voir une étoileQui montre le chemin Et entendre une voixBienveillante et amieUne voix qui exhorteA mener le combat A porter loin et fortLes mots d’amour tissésAvec ceux de révolteJaillis du tout profond Où... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2015

Et Dieu dans tout ça?

D’aucuns rejettent un Dieu, lui reprochant le monde et son lot d’injustices. Enfin, disant plutôt qu’il ne peut exister, ce bon Dieu dont on parle dans les églises, puisqu’il permet tout ça, qu’il ne l’empêche pas.Il devrait l’empêcher, retenir le bras du sanguinaire. Comme si c’était aussi simple.A les entendre, ce Dieu devrait supprimer de la surface de la terre tous les cruels, tous les méchants, tous les monstres.Ce serait trop facile. Et il serait despote ce Dieu de toute puissance. Il aurait ce pouvoir dont se vêtent les... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2015

Un jour de paix

Ils ont vingt ans. Je les vois tous les jours au lycée.Ils ont vingt cinq ans. Ils exercent un métier depuis si peu de temps. Parmi eux, mon fils et sa compagne.Ils ont trente ans passés, certains presque quarante.Un enfant leur est né, ou bien deux, parfois quatre – mais là, c’était un de ces hasards qui vous envoient deux enfants pour le prix d’un. Enfin, le prix, façon de parler !Ils vont vivre avec ça.Ça qui nous tombe dessus. Le sang et la mitraille. La peur qui vous tenaille.Nous avons échangé. J’ai reçu des courriers de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2015

Pétillements

Ces yeux posés diamants sur l’émeraude tendre,Ce cristal qui s’élance de la source d’eau claire,Ces bulles comme miroir de l’infini du cielEt l’image reflétée en chacune d’entre elleDe l’émerveillé devant l’instant qui passe.L’azur capturé par la fragilité fugace,Annoncé au profond de nos obscuritésEn gouttes tremblées de jade doré.Collier de perles de nos prières lancées,Parure dérisoire face à l’absurditésur l'océan de nos cœurs désarmés,Nos sourires, notre joie en semailles.Que les eaux de nos peines fécondentSans relâche les plus... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2015

Gris de Payne

Est-ce le gris de Payne qui inonde le cielAu petit matin blêmeOu le givre tombé sur les derniers pétales?Des larmes s’effilochentAu détour de mes cils, au profondDe mon cœur.La peine remonte en bulles de l’étangDe mon âme.J’avais pourtant jeté la pierreBien loin,Regardé tous les cercles se défaire.Elle est làInstallée pour longtemps en compagneDes joursEn hôte des longues nuits obscures. Mon filsConnaîtras-tu un jour cette villeApaisée,Marcheras-tu sans crainte les cheminsDe ce monde,En tenant par la taille ta belleAux cheveux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 novembre 2015

La nuit

La nuit était venue.Et avec elle le froid.Le faste aux mille feuxD’incarnat et de pourpreS’était décomposé. Il ne restait du jourQu’une longue trace d’orAllongée sous un amas de gris.Et cet or rayonnait une lueur étrange.On eût dit un souffle, une haleineChaude pour repousser l’obscur,Inflorescence d’un paradis perduRéminiscence de notre bel été. L’ocre s’embrumait de doruresEn dentelles ourlées avec délicatesseL’obscur avec le temps avalait la lumièreUn cercle étincelant enveloppa la terreEn ultime sursaut, révérence solaireAvant... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2015

Le matin était froid. Le gel était venu.

Le matin était froid. Le gel était venu.Les feuilles étaient gercées et penchaient vers le sol.Le soleil colorait de doux les branches dénudées.L’air était vivifiant. A mes côtés, le chien trottinait insouciant.Quelle nuit ont-ils passé les migrants de Calais ? Sous leurs tentes.Sous des tentes plutôt que sous des bombes.Mourir de froid ou mourir d’effroi ?Mourir toujours.C’est le lot de l’humain que d’aller vers la mort. Mais la vie ? La vie, cet émerveillement permanent. Cette beauté visible dans l’harmonie des... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Une prestation gratuite

Et bien voilà. Ça devait arriver. Il y a un début à tout. Même à soixante ans, il peut encore arriver des expériences inédites.Et avec un bel homme qui plus est.Plus jeune que soi qui plus est.Et bien non, je ne suis pas devenue cougar, en me disant que je n’avais plus de temps à perdre, que si la mort guette aujourd’hui plus qu’hier, il ne faut pas rater une occasion de passer un bon moment.Non, non.J’allais, précédée en cela par quelques têtes chenues, reconnaissables au blanc qui prend le dessus sur le noir dans la chevelure, dans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Dans la douceur d'un soir d'automne

Dans la douceur d’un soir d’automneIls sont tombés sous le vent                                  Le vent de la mitrailleFrêles feuilles au printemps de leur vie Dans la douceur d’un soir d’automneLeur sève vive et leur sangOnt regagné la terreA jamais dans un cri de détresse Dans la douceur d’un soir d’automneIls dansaient ou ils fumaient,Ils buvaient à la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2015

Le bon terreau

Il était dans le quartier. Il m’a téléphoné.Bien qu’ayant quitté le lycée depuis plus de trois ans, il a conservé mon numéro de téléphone.C’est un ancien étudiant. Un jeune des cités. Parachuté à cinq ans de son Afrique natale pour fuir les conflits. Confié à une tante.Vingt ans qu’il est en France. Je ne sais même pas s’il est français. C’est en écrivant que je me le demande, car, à vrai dire, je m’en fiche. Derrière la pièce d’identité se cache un individu, unique. Avec son poids d’histoire. Avec ses émotions. Ses efforts. Ses... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]