14 décembre 2015

Guérir

Elle a travaillé jusqu’à soixante six ans. Vingt ans de temps partiel pour élever les enfants, ça crée un sacré trou dans la carrière d’un enseignant. Elle était prof de philo. Elle a aimé passionnément son métier.Je l’ai retrouvée après quinze ans d’éloignement.Ses yeux si bleus, sa voix chaude et gourmande, son appétit de vivre et puis d’aimer intensément étaient toujours au rendez-vous.Elle a retrouvé mes yeux. J’ai pris quelques kilos, la cortisone aidant et l’âge par dessus. Je n’ai pas pris une ride ou si peu, elles sont... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 décembre 2015

Ils se taisent.

  https://www.youtube.com/watch?v=Luz5g-doa34 Ils se taisent. Ils n’attendent plus. Leur lente désespérance pleure au-dedans en silence. Ils ne croient plus au monde. Ils ont tant accumulé de larmes et de tristesse sourde.Un sourire parfois se pose sur leurs lèvres, en ultime élégance avant que de sombrer. Leur peau, à force d’être trop blanche, en est devenue grise. Ou bien, elle a cette couleur cuivrée de ceux qui vivent trop dehors, qui ont trop bourlingué. Elle est parcheminée, gravée de longs sillons qui coupent en deux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 décembre 2015

Tous les atomes dans l'air et dans le désert dansent...

"Tous les hommes sont des frères" ce sont les mots de Schiller en 1785 dans son hymne à la joie.1785. Deux cent trente ans plus tard, cette phrase résonne encore, et encore. Elle résonne d’ailleurs depuis les commencements du monde. C’est elle le chant que porte chacune des cellules de l’univers. Et l’écho poignant à cette ardente vision est perçu par ceux qui sont suffisamment consumés pour l’entendre, le cœur saignant, ouvert aux palpitations du monde. Vision magnifiée par celui qui était devenu sourd aux bruits du monde,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 décembre 2015

De Charybde en Scylla?

Ils vont aller de Charybde en Scylla.De dictature en dictature, ils passeront. Ou ils trépasseront. Et nous avec.Ils ne le réalisent pas. Ils ne le peuvent pas. On leur a ôté peu à peu tout esprit critique ou presque. Juste assez pour comprendre qu’on les a floués. Ils ont délégué aux politiques le soin de penser à leur place, de porter leurs colères, leurs peurs du lendemain, leurs insatisfactions et leurs frustrations.Les petits, les floués du système, les plus jeunes, je peux le comprendre.Mais les autres, ceux qui ont reçu une... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2015

Le retour des perles de verre?

Il m’arrive parfois de proposer à mes étudiants une mini séance de relaxation. Ce matin, ils étaient une petite vingtaine.Chacun assis sur sa chaise, ils ont accepté de participer à cette expérience qui n’est pas inscrite dans le programme.Dix minutes c’est court. Le temps de passer en revue les différentes parties du corps, de le sentir ensuite dans sa globalité et de sentir le souffle comme une vague, entrer, sortir et puis de revenir à l’écoute des bruits de la pièce, de s’étirer.Dix minutes d’un silence habité, dense, entier.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 décembre 2015

Huit décembre

Née à Lyon, je n’ai découvert la tradition de la fête des Lumières que fort tard : elle n’était pas célébrée dans la famille. En arrivant au lycée, j’ai appris cette nuit particulière durant laquelle toutes les fenêtres se parent de petits lumignons.Des lumignons colorés à Lyon, la ville consacrée à Lug, le dieu celtique de la Lumière.Un dieu qui maîtrise la création, les échanges, la pensée et la beauté, c'est un magicien, un guerrier et un artisan qui peut aussi se montrer vindicatif et obscur. La tradition chrétienne est... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2015

Folies

L’extrême douleur creuse parfois en l’être un abîme insondable. Sidération devant l’innommable, tant les mots semblent loin pour pouvoir enfermer la douleur. Sidération devant l’incompréhensible, tant l’abomination ne se peut être prise avec soi, comprise donc, de peur d’être souillé, blessé deux fois.Parfois c’est la folie qui devient le seul langage possible pour donner à voir cette douleur, pour lui permettre d’être. Langage pour initiés ou pour cœurs déjà creusés par des douleurs anciennes. Pour les autres, absence. Pour tous,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 décembre 2015

Ils ne sont plus là...

Désespérance, des espérances déçues.Déserts, des aires abandonnées, des terres en jachère,jonchées de feuilles mortes, couvertes de folle avoineet de ronces sauvages,passées de sangliers et de chevreuils légersl'esprit à l'abandon comme sol délaissé,argile délitée sous le feu dévorant d'une soif de clinquant,cheminées de fée, par les fées délaissées,dressées au vent mauvais, posées là, sans question,sans nulle autre ambition que survivre à l'instant,voies sans nulle autre issue que la course en avant.Esquifs de planches frêles sans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 décembre 2015

La guerre est déclarée

La guerre est déclarée depuis longtemps déjà. Contre l’homme. Par l’homme contre l’homme. Le profit comme critère de mesure de l’utilité d’une décision, comme élément décisif des choix de société.Le profit censé concilier l’intérêt individuel et l’intérêt collectif. Mais quelle idiotie. Au nom du profit, on a coupé les paysans de leur terre, les artisans de leurs savoir faire,  on a entassé les hommes dans des villes où ils ne peuvent même plus, le soir, compter les étoiles, on a volé les terres de peuples entiers, on a vendu... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 décembre 2015

Passeur de feu

Où est passé le feu ?Celui qui pétille et qui danse derrière le rond noir des pupilles, où est-il ?Bien sûr, ils sont vivants, tous, puisqu’ils respirent. Respirer suffit-il à déterminer que l’on est vivant ? Mais vivre, c’est embrasser le jour, c’est célébrer la nuit. C’est aimer les nuages et la pluie qui ruisselle, le soleil qui surgit, suivi de l’arc aux multiples couleurs ; car il n’y en a pas que sept comme on l’a laissé croire, il y en a une infinité : nous sommes simplement trop loin pour les voir.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,