27 novembre 2015

Ils défilent chaque jour sur les pages du Monde

Ils défilent chaque jour sur les pages du Monde. Ce sont de jeunes femmes ou bien de jeunes hommes.Mon fils aurait pu se trouver parmi eux. A une semaine près.Ils ont tous le sourire. Ils vivaient sans se dire qu’un jour la mort viendrait.On ne se dit pas ces choses lorsque l’on a trente ans. C’est après que ça vient.Ils étaient dans la vie. Rêvaient à leurs projets.Ils refaisaient le monde sur le coin d’une table.Ceux qui les ont tués ont le même âge qu’eux. Pour la plupart d’entre eux eurent la même culture. Enfin allèrent à... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 novembre 2015

Nuit de cristal

L’étoile avait tracé sur l’outremer du cielUn chemin de dentelle aux couleurs blanc laiteuxS’élançant du couchant il montait au zénithFrêle flamme tremblée au milieu de l’obscur Les oiseaux s’étaient tus dans le froid de la nuitLa rosée du matin commençait à gelerC’était un de ces soirs où l’air paraît si purQu’il semble de cristal, transparent et coupant Les arbres sentinelles se dressaient en silenceLe petit peuple ailé était blotti muetAu loin, les cheminées exhalaient leur haleineDes passants se hâtaient devant les pas de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2015

Les eaux lustrales

Son bleu clair du cristal, les étoiles au ciel pleurent,Les yeux de la lumière sont tristes sous le voile.Le matin reviendra réallumer le jourUne autre fois encore, malgré le sang versé. La vie regarde et songe à ces bêtes à deux pattesQu’elle avait voulu nobles et qui rampent au sol.Comme une mère patiente, elle guette l’instantOù la masse critique balayera le joug. S’écoule le fil du temps, s’écoule le flot de sang,La blessure de l’absence se déchire à jamais.Mais l’arbre dans le champ s’étire vers la lumière,De quoi peut vivre... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2015

Salento René Aubry

  Mandoline, ventre rond, notes cristalLe large souffle sa brume légèreIls avancent, le sable est encore chaudDemain, ils le savent, sera beau,Tissé de leurs deux mains uniesEt de leurs cœurs à l’unissonLa lune pose un filet d’argentEn mille étincelles éclatéSur la surface de l’eau calme Mandoline et violon, notes frissonLes chevaux du vent sont au préIls paissent, sous le ciel apaiséIls rêvent de ce pays immenseOù s’étirent les plaines de caillouxEt où dansent les oursAutour d’un feu de boisQuand la vieille sorcièreEmpoigne... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2015

Colère

Mes pleurs ne coulent plus. Et pourtant, les larmes ont été bien longtemps ma soupape de sécurité face à la montée des émotions.Mes dernières larmes ?Une sinistre semaine de janvier où furent assassinés ceux qui étaient pour moi les symboles de l’esprit critique et de la liberté de créer.Ceux dont la mort fut banalisée par ceux qui dirent « ils l’ont bien cherché avec leurs caricatures des religions »J’ai pleuré des seaux de larmes. Ne parvenant pas à comprendre.Il n’y avait rien à comprendre. C’était. Et pourtant,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2015

Graines de rêve

Avoir le cœur si lourdQu’il se défait en pluieSur le tapis froisséDes feuilles déjà mortes Regarder ce qui vient,Ecrit dans les prémissesA l’encre des sueursDe ceux qui sont tombés Sentir le poids de vivreNe pouvoir l’écarterSe trouver bien petitFace au colosse argent S’enfoncer dans la nuitPour y chercher la paixNe plus voir une étoileQui montre le chemin Et entendre une voixBienveillante et amieUne voix qui exhorteA mener le combat A porter loin et fortLes mots d’amour tissésAvec ceux de révolteJaillis du tout profond Où... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2015

Et Dieu dans tout ça?

D’aucuns rejettent un Dieu, lui reprochant le monde et son lot d’injustices. Enfin, disant plutôt qu’il ne peut exister, ce bon Dieu dont on parle dans les églises, puisqu’il permet tout ça, qu’il ne l’empêche pas.Il devrait l’empêcher, retenir le bras du sanguinaire. Comme si c’était aussi simple.A les entendre, ce Dieu devrait supprimer de la surface de la terre tous les cruels, tous les méchants, tous les monstres.Ce serait trop facile. Et il serait despote ce Dieu de toute puissance. Il aurait ce pouvoir dont se vêtent les... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2015

Un jour de paix

Ils ont vingt ans. Je les vois tous les jours au lycée.Ils ont vingt cinq ans. Ils exercent un métier depuis si peu de temps. Parmi eux, mon fils et sa compagne.Ils ont trente ans passés, certains presque quarante.Un enfant leur est né, ou bien deux, parfois quatre – mais là, c’était un de ces hasards qui vous envoient deux enfants pour le prix d’un. Enfin, le prix, façon de parler !Ils vont vivre avec ça.Ça qui nous tombe dessus. Le sang et la mitraille. La peur qui vous tenaille.Nous avons échangé. J’ai reçu des courriers de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2015

Pétillements

Ces yeux posés diamants sur l’émeraude tendre,Ce cristal qui s’élance de la source d’eau claire,Ces bulles comme miroir de l’infini du cielEt l’image reflétée en chacune d’entre elleDe l’émerveillé devant l’instant qui passe.L’azur capturé par la fragilité fugace,Annoncé au profond de nos obscuritésEn gouttes tremblées de jade doré.Collier de perles de nos prières lancées,Parure dérisoire face à l’absurditésur l'océan de nos cœurs désarmés,Nos sourires, notre joie en semailles.Que les eaux de nos peines fécondentSans relâche les plus... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2015

Gris de Payne

Est-ce le gris de Payne qui inonde le cielAu petit matin blêmeOu le givre tombé sur les derniers pétales?Des larmes s’effilochentAu détour de mes cils, au profondDe mon cœur.La peine remonte en bulles de l’étangDe mon âme.J’avais pourtant jeté la pierreBien loin,Regardé tous les cercles se défaire.Elle est làInstallée pour longtemps en compagneDes joursEn hôte des longues nuits obscures. Mon filsConnaîtras-tu un jour cette villeApaisée,Marcheras-tu sans crainte les cheminsDe ce monde,En tenant par la taille ta belleAux cheveux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]