10 février 2016

As-tu rempli ta coupe?

S’entrelacent aux images blanchiesD’un mariage lointainLa voix fraîche et sonore d’un délicieux cousinEt le pas sautillant de la belle aux cheveux d’orQu’enfants nous admirions.Le passé se révèleAu détour du présentCeux qu’on croyait absentsSe souviennent de nousIls languissaient, c’est toutDans les limbes du temps.S’écrit l’histoire ancienneConjuguée au présent,Entre valses de vienneEt tangos renversants.Les jours escamotés,Des mois et des années.Tout est superposé.Dans un éclair soudainD’éclatante lumièreS’envolent les annéesSe... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 février 2016

Circée

Avec douceur le bleu glissera vers l’obscurDes paillettes dorées s’allumeront luciolesLes heures se feront lentesJe veillerai sur l’âtreLa terre chuchotera sa peine et son espoirIl flottera dans l’air deux ou trois fumerolesL’encens et ses prières volutesS’élèveront tranquillesIl faudra se blottir dans le chaud de nos brasEt laisser loin la ville, ses cris et ses combatsNos yeux s’embrasserontSur notre plus beau rêveEt la nuit nous prendra dans son aireCircée ressuscitée. Nous oublierons la guerre.   MC Janvier 2016
Posté par Encre mauve à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2016

Le souvenir d'une île - fin

Les mieux placés, parmi les enseignants, étaient ceux qui étaient chargés d’apprendre à nager.Les cours de natation commençaient à sept ans. Les gestes théoriques étaient enseignés à l’aide d’images, de films. Ceci pendant plusieurs années. Il était interdit de mettre l’apprentissage en pratique pour des raisons de sécurité. De plus il était également interdit d’utiliser les cours d’eau pour se déplacer. De fait, personne ou presque ne s’aventurait dans les lacs, les ruisseaux, les rivières et encore moins dans les fleuves ou dans la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 février 2016

Le souvenir d'une île, épisode 2

À quatorze ans, ils avaient le droit de poursuivre les études ou bien de se préparer à un métier. Mais à quatorze ans, il y a des temps et des temps, lorsque l’Ancien des jours en était à l’ébauche de ce qui précéda l’univers que nous connaissons aujourd’hui, les hommes et les femmes étaient déjà comme maintenant. Les petites filles prenaient des courbes rondes un peu partout et découvraient le pouvoir de leurs yeux, de leurs sourires, de leurs rires et de leurs démarches chaloupées. Les petits garçons voyaient leur jambes, leur bras... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2016

Rien ne s'est passé...

La brume effilochée aux bras noircis des arbres :Encore combien de jours avant le reverdi ?L’étang se faisait lisse et noir comme l’abîme,L’ondin au doux sourire y était endormi.Ô la lenteur des jours avant qu’il ne s’éveille.Au mitan du grand bois, les fées traînaient leur peine.Le petit peuple inquiet sous les roches humidesSe blottissait serré à l’orée de la nuit.Plus un bruit, plus un son, l’absence de la lune,Pas un vol de sorcières, pas de tambour frappé:C’était la longue attente où plane encore le songe,La marche sans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2016

Le souvenir d'une île, épisode 1

Cela se passait, il y a des temps et des temps, lorsque l’Ancien des jours en était à l’ébauche de ce qui précéda l’univers que nous connaissons aujourd’hui. Il y avait des îles un peu partout, et puis de l’eau entre les îles. Des îles de toutes les tailles, de toutes les couleurs. Chaque île avait sa couleur. Et tout revêtait un camaïeu de cette couleur unique. Les arbres, les fleurs,les zoiseaux , les zanimaux, les hommes aussi dès qu’ils y posaient le pied. Même l’air était coloré. Ça vibrait à l’unisson. Même le chant des... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 février 2016

Tu pourras reposer

À l’orée du bois sombre où les os fondent en cendre,Une seule question s’élèvera, posée par les brins d’herbe,Répétée en écho par les rochers patients,Murmurée doucement par le glouglou des sources,Soufflée aux quatre vents par les grands rugissants,Brodée au coton blanc sur l’azur infini,Chantée par hirondelles et autres martinets :As-tu rempli ta coupe et poli ton miroir ?Que tous les feux du ciel s’y mirent comme en eau pureQue les douces mésanges y rajustent leurs plumesQue les tendres grenouilles au printemps... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 février 2016

La Raymonde

Devenir fou de douleur. Fou à n’en plus trouver le sens. Fou à ne plus savoir comment vivre un jour de plus, un instant de plus.Folle de douleur, car c’est d’une femme qu’il s’agit. Son histoire est trop lourde à porter pour que je la porte seule. Pardon de la partager avec vous, je ne peux pas faire autrement. Peut-être qu’après l’avoir lue, cette histoire, vous porterez avec moi cette femme dans votre cœur et qu’il y aura un peu de lumière autour d’elle. Une de ses amies m’en a parlé hier. Une femme de son village qui vit... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 février 2016

Justice ou miséricorde

Ils sont nombreux les Norbert Marot qui sévissent dans le feutré des quatre murs des maisons, en France ou bien ailleurs. Des hommes à peine dégrossis. Restés à l’état d’enfants dans un corps d’homme, avec la force d’un homme. Sûrs de leur bon droit et de leur toute puissance.  Malheur à qui viendra se placer sur le chemin s’il ne leur plait pas qu’il y soit. Pour quelque raison que ce soit.Normal avant cinq ans, s’il perdure, ce sentiment d’être les rois du monde fait de l’homme un sociopathe ou un psychopathe.Tout est permis.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2016

Le retour des fées

Boucles du temps.Passants de mon passéRepassent dans ma vie.Silhouettes embuéesDe ces années silence.Etrange ce cortège des ombresVivantes encoreRamenant le passé au présent.Le lierre s’enrouleEpouse la murailleLes racines gonflées de la glycineOnt soulevé la terreOù jadis tu marchaisLa tête dans les étoiles.Des cris d’enfants s’élèvent :L’à-venir est en route.Impalpables les fils nous relient à jamaisAux authentiques proches. Les autres s'évaporent, rosée fugaceEnvolée en nuée, destinée à muer. Les colères à cheval sur la sauge... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]