Lettres écrites, envoyées ou pas, des souvenirs, des joies, des peines...un peu de moi, autrement.

19 mai 2018

Conception

En ce jour souvenir de la naissance de mon père, j’égrène et les souvenirs et l’à-venir.Je ressens une fascination pour ce moment unique qui fit se rencontrer (et qui fait se rencontrer à chaque conception) un ovule et un spermatozoïde. Et ce n’est pas tant l’acte d’amour (dans le meilleur des cas) qui me fascine que cette entrée dans l’histoire de cette rencontre.Prémisses de l’entrée dans l’histoire car toutes les grossesses n’aboutissent pas- j’en ai fait l’expérience dans ma chair en perdant un bébé à six mois de grossesse.Oui,... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 décembre 2017

Casanière

J’ai eu la chance de grandir aux abords d’une grande ville. Mes parents avaient hérité d’une parcelle de terrain et y avaient fait construire une maison.J’ai eu la chance de grandir et d’assister aux saisons de la terre, de humer l’odeur de la terre retournée pour préparer les semailles, de voir sortir les jeunes pousses, de cueillir les fraises et les groseilles à ma guise, de me goinfrer de cerises, de pêches et de poires, d’observer les poules en train de pondre puis de couver. J’ai vu aussi mon grand père tuer le lapin et voir... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 novembre 2017

Les trois soeurs

C’était un soir de mai. Les petites filles étaient particulièrement agitées ce soir là. À trois dans la même chambre, elles rivalisaient de bêtises et de gloussements. Peut-être percevaient-elles les tensions entre les parents ? Mai 68 faisait flamber la France et le père était un militant très engagé. Et ça chahutait dans la petite chambre.Plusieurs fois les parents avaient crié depuis la salle à manger qu’il fallait se taire. Mais les petites filles continuaient. C’est tellement drôle de rire, de sentir ces bulles de joie... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 10:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
06 août 2017

République

Aller rejoindre un ami à République pour lui donner des clés. Arriver en avance. Marcher sur la place encore fraîche et peiner à imaginer être là, la nuit, debout, tant tout semble être comme immuable, la statue avec ses dates, 20 juin, 14 juillet, 4 août 1789…et le ciel si bleu, traversé de nuages, si blancs.Observer l’arrivée d’un groupe de bien plus jeunes que soi. Ils mettent de la musique. Ils ont l’air de danser, ensemble. A y regarder de plus près, il y en a un ou une juché sur la margelle de la fontaine qui encercle la... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mai 2017

Toucher

Quelques heures à Paris. Riches de présents. Riches du présent.Levée tôt pour arriver matin. De ma banlieue où bruissent les feuilles des arbres et pépient les oiseaux, le train pour gagner ce lieu d’hommes et d’histoire. Nous nous étions donné rendez-vous au Louvre. Rien que ça ! Devant la pyramide. Sans arrière pensée puisque nous nous rendions à l’expo Vermeer. Le soleil se répandait en taches d’arc en ciel sur le parvis de la pyramide inversée.Vermeer. La lumière, le silence, l’attente. Un suspens plus serein que celui de... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 18:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2017

L'angoisse comme un ruban

Il est venu s’installer chez moi, un jour de bel automne, le soleil enrougissait les feuilles.Le petit chat l’a suivi dix jours plus tard.Il est arrivé avec son grand sac de cuir fatigué. Le sac. Lui aussi. Si fatigué de vivre, de poser ses bagages le temps d’une accalmie ou d’une défaite annoncée pour les refaire encore et encore et se replanter quelques mètres plus loin. Comme les racines mises à nu sont blessées par le grand jour…Si fatigué d’être le terrain de jeux d’angoisses toutes plus violentes les unes que les autres.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2016

Pussy

Aux derniers lilas, elle partit. Son petit corps devenu plume s’envola.Des milliers d’oiseaux la portèrent sur leurs ailes, avec douceur, vers cet envers du décor où même les chats se rendent lorsque le jour ne les éveille plus au tout petit matin.Son regard vrillait le mien.Que dire en cette ultime rencontre ? En cette profondeur de silence ?Ils n’ont pas la parole, les chats. Ils sont danse, arrondis improbables, abandons aux accoudoirs des canapés, marches de sioux dans les hautes herbes et fulgurance bondie sur... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 15:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 mars 2016

Lettre à un fils

https://www.youtube.com/watch?v=df-eLzao63I Mon fils. Avant de commencer à lire, veux-tu bien cliquer sur le lien au-dessous de la photo? Voilà, c'est Mozart. Tu peux lire maintenant: Quand ton histoire a commencé, tu n’étais pas encore conçu. Ton père et moi venions de tomber en amour.J’étais chez lui en Belgique le 26 avril 1986.Et les radiations sont arrivées jusqu’à Bruxelles puisqu’elles se sont arrêtées aux frontières de la France.Les radiations dis-tu ? Oui, celles de Tchernobyl, la centrale nucléaire qui venait... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mars 2016

Rendez-vous manqué

Il m’avait dit, retrouve moi au bout du chemin creux, nous irons dans la plaine assister au coucher du soleil. Il était très sensible à la course des astres. Il savait lire le ciel et placer les constellations. Il observait les phases de la lune à laquelle il reliait secrètement la sexualité des femmes qui l'intriguait depuis sa toute jeune adolescence. La périodicité des rythmes féminins exerçait sur lui une fascination peu commune. Rien ne l'émeuvait plus qu'une toute jeune fille, une promesse de femme ou une femme enceinte, une... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2016

L'instant silence

Ce fut un instant silence. Ou bien peut-être deux.Tout semblait suspendu dans l’instant, le temps ramassé sur lui-même comme s’il n’avait jamais existé.De l’écorce des arbres au moindre brin d’herbe, tout était inondé d’une radiance étrange. Chaque endroit de l’espace semblait habité de cette vibration, de cette intensité d’être. Tout était être. Tout était présence. Sans insistance. Et je n’étais plus. J’avais disparu, tout en étant bien là, absorbée par l’étrange spectacle qui s’offrait.Je n'étais plus. Mes pensées s'étaient... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,