29 novembre 2018

Les géants aux pieds d'argile

Le journaliste écrit, en plein bilan des conséquences sur la consommation du mouvement des Gilets Jaunes: "Les commerçants ont d’ores et déjà subi samedi une baisse de chiffre d’affaires comprise entre 20 % et 50%, voire près de 75 % pour certaines enseignes. " Appeler commerçant les enseignes telles que Leclerc et autres qu'on sort (à l'attention des puristes, la faute est volontaire) est conforme à la définition du code de commerce. Cependant entre le commerçant, le petit, et la grande enseigne manipulée par les appétits... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2018

La peur du rouge

Au temps de la guerre froide entre les deux grands blocs, américain et soviétique, les américains ont matraqué leur population et toutes les populations sur lesquelles ils avaient une emprise (financière la plupart du temps) de slogans agitant l’épouvantail de la peur du rouge.Je ne les ai jamais connus ces slogans: mes parents étaient communistes! Eh oui, souvent, les gens modestes, c’était le cas, ceux qui n’avaient pas grand chose à perdre, et puis aussi certains intellectuels ou artistes avaient des sympathies pour l’idéal... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 11:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 novembre 2018

Il y eut un matin, il y eut un soir

Le soleil est timide aux branches du bouleau. Un peu de givre au sol a déjà fondu. Le jour offre son calme et la vie marche douce en cet hiver naissant.Un chat là-bas croque sa pitance, au autre chauffe son ventre le long du radiateur. Dans une autre maison, une toute petite fille rêve au jour qui point, se gorge de lait chaud, esquisse un sourire tendre. Petite boule d'amour à la peau de soie rose.Semer ces graines de douceur dans un coin de son coeur et les laisser pousser pour les jours de disette. Plus tard, le ciel accrochera... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2018

Cent ans et des milliers d'années

Ce texte d'Anatole France écrit en 1922 n'a pas pris une ride. Hélas. Et ceux qui en revinrent et ceux qui y partirent ne furent à jamais les mêmes. Même si certains s'illusionnèrent encore d'avoir servi fièrement leur patrie contre celui qu'on leur désignait comme l'envahisseur, malgré les chairs déchiquetées, les râles de douleur, les sanglots, les "mamans" murmurés avant que de mourir, le frère, l'ami défigurés à jamais et leurs gueules cassées, malgré le viol des femmes, les habits noirs des mères et des veuves, les chevaux... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2018

Né en 1988

Né en 1888, il a vécu la guerre, cette guerre des tranchées, dans la boue, sous la mitraille, le gaz qui avait brûlé ses poumons, pas assez pour lui ôter l'envie de fumer. Il en est revenu. Il semblait toujours perdu dans ses pensées, taciturne. C'est ainsi qu'il est dans mon souvenir. Il aimait la terre, sur laquelle il semait des légumes et des fleurs pour les offrir en brassées à ma mère et ma grand-mère pour leur fête en juillet. Il aimait le ciel qu'il passait de longues heures à scruter, la nuit venue, l'été, se perdant dans... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 07:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 novembre 2018

L'ange de Chartres

Ma chérie, Les anges existent, j'en ai croisé un. Je déambulais dans l'immense cathédrale aux murs blancs. Il attendait, patient, dans l'interstice d'un vitrail. Une trouée de lumière entre un rouge et un bleu. Ce bleu à se mettre à genoux tant il est comme un ciel d'été. Une trouée minuscule. Il suffit d'un rien pour que la lumière se fraie un chemin. J'entends déjà des esprits chagrins murmurer que c'est une photo ratée, surexposée. Techniquement ils ont raison. Mais la technique s'ils savaient... Elle n'aura jamais raison de mon... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2018

Les tisserandes

     Je les connais. Enfin pas toutes. Ce sont surtout des femmes. Des tisserandes.Leur tâche? Rapiécer le tissu déchiré du monde, recoudre ça et là de nouvelles étoffes, tissées exprès pour ce coin de voile lourd, surfiler les bords afin qu'il ne s'effilochent pas jusqu'au milieu du lé, créant une béance, entrelacer des fils patiemment pour colmater un trou, repasser les faux plis, amidonner ce qui serait trop lâche et qui ne tiendrait plus, en vêtir le pauvre, le dénué de tout, de tout espoir surtout que... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 17:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 novembre 2018

Clap de fin

Soirée découverte de deux secrets de famille (grâce aux archives en ligne de ma ville de naissance): Une de mes grand mères se marie à 16 ans et demi, enceinte très probablement, et met au monde 7 mois plus tard une petite fille morte née. J'ai toujours cru que ma mère était l'aînée de sa fratrie... L'histoire continue; cette grand-mère meurt en couches à 28 ans, mon grand-père se remarie avec une des jeunes soeurs de ma grand-mère. Trois ans plus tard, un garçon naît, mort né. Cela n'a jamais été dit. Voilà pour les deux secrets.... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 07:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 novembre 2018

La toile de l'instant

Les yeux peinent à voir.Le miroir reflète la beauté. Touches de cobalt sur treillis noir d'Ivoire.Piqueté d'outremer évanescent.Ocres d'or d'automne en taches de lumière.Et ce bleu de Chartres à rendre jalouse la Dame de la Belle Verrière.Se laisser caresser l'âme par cette toile mouvante, impressionnée, impressionniste.Sentir qu'au-delà du Beau contemplé s'ouvre le silence des mots.Accueillir, recueillie, cette ouverture. La Beauté se manifeste.Passerelle vers le non encore manifesté, vers un indicible, un inouï, qui se refuse à... [Lire la suite]
Posté par Encre mauve à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]