38483623_687618194905843_5519535701281996800_n

Comment se fixent les prix dans le régime dictatorial libéral ou comment les algorithmes font la pluie et le beau temps, selon qu'il s'agit du client ou du vendeur : exemple Air France.
Une amie me demande de l'aider à acheter un billet d'avion en ligne.
Départ le mardi. Retour le jeudi de la même semaine. Pour, disons, Bucarest. Voyage éclair incontournable.
L'aller, prix raisonnable autour de 80 €. Le retour....340€ aux heures qui lui conviendraient.
Une idée me vient. Je la déconnecte de son compte Air France (elle a un compte Air France, car elle se rend souvent à l'étranger) et par prudence, je m'installe sur un autre ordinateur (le mien, des fois que le sien ait déjà enregistré sa demande).
Je formule la même demande avec un départ le lundi. Retour le jeudi. L'aller reste raisonnable. Et le retour, aux mêmes heures que précédemment, passe aux alentours de 90€....
Pourquoi?
Dans les deux hypothèses, l'algorithme calcule la durée du séjour. Et pour un séjour bref, conclut que la personne fait un voyage éclair, soit qu'elle n'a pas le choix, soit qu'elle le fait pour son travail, soit qu'elle a les moyens de s'offrir un caprice.
Dans toutes les hypothèses, la personne est coincée donc le prix peut monter, jusqu'à atteindre QUATRE fois son prix, puisqu'en trente secondes, il passe de 90€ pour un séjour de quatre jours à 340€ pour un séjour de trois jours (temps de vol compris).
La loi de l'offre et de la demande c'est de la foutaise: CQFD.
Le libéralisme dont on nous rebat les oreilles n'a jamais fonctionné dans ses hypothèses de départ.

On pourrait faire la même démonstration avec l'augmentation subite des prix du gasoil, le durcissement des exigences du contrôle technique, le raccourcissement de l'intervalle entre deux contrôles et la nécessité de faire repartir les achats de véhicules essence, ou hybride neufs.

Des cas d'école comme en rêverait tout professeur d'économie, pas à la retraite!!!

 

 

Encre Mauve, le 25 septembre 2018