bourgeons3Là, debout, tes yeux posés sur moi,

Un sourire flottait entre nous, léger

Nos bouches affamées et nos mains affolées

Le temps s’est ouvert avec nos bras

Ton odeur, ta chaleur et le grain de ta peau

Tes mots murmures, ton souffle

Ô ton souffle, ta vie, ton âme

Et nos corps en danse

Le soleil, les premiers bourgeons

Comme autant de promesses.

L’été viendra.

 

MC mars 2016