S5034319

https://www.youtube.com/watch?v=pEB_3cxzKv8

Elle avait posé sa tête sur les touches jaunies

Du piano silencieux

C’était jour de grand calme

Au dehors dans le soir chuchotaient des mésanges

L’artiste était parti et c’était bien ainsi.

S’il s’était contenté de jouer et de marier les mots

C’eût été tendres instants et danses délicieuses

Mais il criait aussi et menaçait souvent

Semeur de tempêtes et de déchaînements.

Il n’avait pas compris que le doux de la main

S’oublie lorsque la voix se lève.


Après lui, le piano était allé ailleurs,

Dans un autre logis charmer d’autres oreilles

Elle avait effacé et les notes et les cris

Sa mémoire apaisée ne gardait que le beau

Des couchants embrasés et des rochers patients

Des collines ventrues et des ors de l’automne

Elle marchait ce chemin déroulé sous ses pas

Portant dedans son coeur une nouvelle aurore

Aux vivantes promesses, aux joies renouvelées.

 

MC Février 2016