ciel drame mauve

Le glas a résonné
Les anges ensanglantés pleurent
La brume s’entortille aux arbres de la ville
Le soleil pâle s’endort
Dans des draperies mauves
Les trottoirs se font chapelles ardentes.

La mitraille a parlé
Et réveillé le parfum de la peur
Les hommes  cherchent à se réchauffer
Leurs étreintes mouillées
Les apaisent trop peu
Ils sanglotent en leurs songes

Le peuple est prêt
à accepter, il tend les mains, vaincu
Et se laisse enfermer dans des lois scélérates
L’ennemi n’est pas là
Où il fait mine d’être
Il avance masqué, le roi des mascarades

La peur est installée
Solution bien commode
A la crise rampante qui étouffe le monde.
Le marché de la guerre va enfin refleurir
La terre gorgée de sang
Hurlera sous les hourras

Le monde s’est emballé
L’occident en péril va basculer
Nous connaîtrons le sort de ces peuples
Meurtris qui émaillent la terre, au Congo
Ou ailleurs, et que nous ignorions
Dans notre somnolence

 La bête est réveillée
Ses cris fusent stridents
C’est un concert sinistre que ces voix
Elles hurlent contre les loups désignés ;
Des loups manipulés, pitoyables pantins
Par des êtres sans âme, et sans foi, et sans loi

Il faut se redresser
Se sourire et s’étreindre
Rire à tous ces mensonges
Qui voulaient nous faire croire
Que c’était mieux de posséder des richesses,
Une situation, une rolex que d’aimer.

Nous allons proclamer
L’an Un de l’humanité,
L’aube d’une vie nouvelle
Tissée de sourires et de fraternité
De chants et puis d’écoute
De tendresse et d’amour.

 

MC novembre 2015