aq martine 0156

S’élèvent les notes rauques au silence bleu de cette nuit profonde, les cœurs suspendus vers l’orient éternel.
Ecoute en don de soi.
Chant mélopée.
La voix psalmodie sa prière louange, chant des profondeur; mains en offrande, les hommes corolle laissent la mélodie pénétrer leur être.
En eux le son devient silence.
Les bras s’offrent, main droite vers le ciel.
L’homme entre en son cercle, corolle blanche en giration.
Envol de sa robe, fleur inversée, portée par le chœur.
Ils sont un, musiciens, chanteurs, et danseur.
Un et en chacun le même embrasement, le même feu.
Circule l’ardeur, le blanc incandescent de la robe, les bras, flammes au ciel dressées.
Les voix, nées des entrailles portent l’homme qui tourne.
Visage embrasé, un dernier cercle et le danseur s'arrête et puis s'incline…

Pénombre.

Le oud, sous la caresse, libère la nostalgie de son âme.
Le musicien semble accompagner la mise au monde d’une mélodie, chaque note pincée deux fois comme une confirmation.
La voix, une autre, lance sa supplique au creux de l’obscurité.
Le oud. La voix. Tant d’amour dans la voix qui s’infléchit, s’adoucit, s’arrondit en tendresse.
Epousailles mystérieuses.
Répons de l’un à l’autre.
Ecoute mutuelle.
Superposition.
Echos en danse amoureuse.
La prière s’arrondit, torche vers le Malik, le Roi des rois.
Les mains frappent les tambourins.
Les mains deviennent coupes au ciel tournées.
Les corps entrent en oscillation.
Trois musiciens/chanteurs blancs de part et d’autre d’un chanteur revêtu du vert d’espérance.
Les trois danseurs s’inclinent, les mains croisées sur la poitrine. Humilité.
Autour de leur axe immobile, ils tournent, comme tourne tout être vivante de l’atome à la galaxie ; comme tourne la terre, se déroule la Voie Lactée, s’enspiralent l’escargot ou le tournesol.

DSC02343

DSC02410Silence.

La voix s’élance à nouveau, chaude, ronde, ouverte. En appel au silence caché derrière les notes. Au silence père du son.
Le danseur apparaît. Robe noire sur sol sombre, transpercé de lettres de feu blanches. Il s’élance. Sa robe s’élargit autour de lui.
L’homme en noir danse. Sur sa robe, une spirale qui s’élève du bas et s’enroule autour de lui. Il déroule la spirale. Comme pour remonter à la racine de son être, à la giration primordiale qui l’a engendré, à ce moment d’extase dont sa vie s’origine…
Intense émotion d’assister à cette mise au monde en esprit.

 

MC Novembre 2015

galaxies