fleurs étranges2Fleurs d'au delà aux couleurs en miroir.
Cette nuit, le miroir s'étire, si mince.
Des mains aimées, en caresse, l'effleurent.
Le monde, celui d'après, est le nôtre en reflet.
Lumière noire d'un univers sans soleil,
Les coeurs, frêles lucioles en quête de lumière.

Etranges couleurs, miroitements subtils
sur l'ombre de leurs nuits.
Ils errent.
Ils se souviennent de nous avoir aimés.
Ils aimeraient tant pouvoir nous retrouver.
Le miroir, ce soir, n'est plus noir.

Flottent leurs espoirs d'une étreinte de chair,
D'un baiser effleuré, d'une caresse tendre,
D'une danse amoureuse.
Soupirs en brumes d'automne.
Leurs pleurs s'enroulent en fumeroles
Sur l'étang assoupi de nos silences.


Une nuit, une seule, arrachée à l'obscur,
Au vieux gardien des âmes.
Une nuit où brillent les bougies.
Leurs pas timides avancent.
Ils traversent le voile.
Ils sont là. Ils nous aiment.

MC Novembre 2015