DSC03661

Elle marcha longtemps. Le bout de ses pattes était bien abîmé lorsqu’elle arriva enfin. La reine l’attendait, elle avait été avertie en songe de la venue de la vieille araignée et avait préparé un festin royal, petites mouches, et autres insectes coupés en tout petits morceaux. Une fois restaurée, la vieille sage exposa le problème rencontré par son peuple.

La fée réfléchit. L’heure était grave.
Elle entra en elle-même et dans son cœur, elle invoqua l’Ancien des jours.
Car après tout, c’est lui qui avait créé les araignées et les champignons et tous les peuples de cette terre.
L’Ancien des jours était au courant. L’Ancien des jours est au courant de tout, mais depuis qu’il a créé le monde, il a décidé de ne plus intervenir sauf demande expresse d’une reine des fées, d’un roi des elfes, d’un empereur des salamandres, ou d’une impératrice des mers.
L’Ancien des jours lui fit part de sa décision et lui demanda d’en être l’ambassadrice auprès du peuple des champignons. Il lui donna alors une baguette magique spéciale pour l’accompagner dans la mise en œuvre des changements inévitables qui allaient avoir lieu.
Elle raccompagna la vieille araignée jusque dans son domaine puis elle convoqua le peuple des champignons.
Ils arrivèrent tous, en gambadant, pirouettant, riant aux éclats comme à l’accoutumée.

Elle leur tint ce discours :

« Vous êtes des êtres adorables. Votre bonne humeur est un réconfort pour les âmes entristées. Votre joie de vivre pourrait donner des leçons à tous les mal embouchés et aux pisse vinaigre. Mais, car il y a un mais, un des aspects de votre comportement est gravement nuisible pour un autre peuple, le peuple des araignées. Donc, soit vous arrêtez de vous promener sur leurs fils, soit il adviendra ce que l’Ancien des jours a décidé et qu’il m’a donné pour mission de réaliser. Je vous laisse réfléchir. Je reviendrai dans quelques lunes. »

Les champignons étaient consternés. Comment ça : ne plus pouvoir gambader à des mètres au dessus du sol, perchés au-dessus du vide, renoncer à ce plaisir pour laisser vivre un autre peuple dont ils ignoraient les mœurs et les valeurs ?
Ce serait quoi la punition d’abord ? Ils se perdaient en conjectures, presque graves, ce qui ne leur était pas arrivé depuis des siècles.
Et puis, peu à peu, ils quittèrent l’assemblée. Leur envie de rire les reprit, la tentation de grimper sur les fils les taraudait. Ils en gloussaient d’envie. L’un d’eux alla chercher son ombrelle. Et ce fut un, puis deux, puis trois, puis tout le peuple des champignons qui grimpa à nouveau sur les arbres, passant d’arbres en arbres sur les fils délicats que les araignées n’avaient cessé de tisser et de tendre, frêles passerelles de soie.

DSC03615

Le peuple des araignées était désespéré mais continuait malgré tout à tricoter ces constructions délicates.
La reine des fées n’était en réalité pas partie. Elle s’était simplement rendue invisible et observait, catastrophée et remplie de tristesse, l’insouciance coupable du peuple des champignons.
Il arriva un moment où tous les champignons étaient descendus au sol, leurs ombrelles au-dessus de leur tête. Elle dirigea sur eux sa baguette magique.
En un instant, leurs deux jambes furent réunies en un seul pied. Leur centaine de bras collés à leur ombrelle. L’ombrelle fixée solidement sur le pied leur servait désormais de tête. Mais surtout ils étaient fixés, à jamais dans le sol, plantés là où ils étaient tombés pour la dernière fois.

La fée reprit alors la parole :

« Voici, désormais, quel sera votre aspect.

DSC08397

La lumière du soleil ne sera plus votre nourriture. Vous puiserez vos nutriments dans l’humus créé par la décomposition des feuilles. Vos bras devenus lamelles abriteront vos graines que les savants, un jour, nommeront spores. Vous communiquerez entre vous par vos racines qui vous relieront les uns aux autres désormais. Ces dernières vous permettront de vous déplacer, mais finies les pirouettes et les gambades, votre rythme sera désormais imperceptible. Les hommes se nourriront de vous mais vous pourrez vous cacher sous les feuilles afin que vous puissiez avoir le temps de vous reproduire. Vous retrouverez votre aspect initial une semaine par an, la nuit, de telle sorte que les hommes ne vous voient pas. Ils sont fragiles, les hommes, il ne faut pas trop les perturber. Seules les âmes qui ont l'habitude de traverser le miroir des mondes pourront vous surprendre dans vos jeux. Et cette même semaine, les araignées prendront congé et leurs fils deviendront totalement invisibles pour vous »

DSC08427

Mais cette histoire se passait, il y a des temps et des temps, lorsque l’Ancien des jours en était à l’ébauche de ce qui précéda l’univers que nous connaissons aujourd’hui. Depuis ce jour, les champignons se cachent sous les feuilles en automne et leurs déplacements donnent naissance à ce que les hommes, qui ne connaissent pas l’histoire du peuple des champignons, appellent « ronds de sorcière ». Certains, certaines, s'ils ouvrent leur coeur, leurs yeux et leurs oreilles, dans la dernière semaine du mois d'octobre peuvent encore assister aux pirouettes joyeuses du peuple des champignons. Par contre, les araignées n’ont jamais retrouvé leurs jolies formes et c’est depuis ce temps là qu’elles ont les pattes longues et fines que nous leur connaissons encore à ce jour.

araignée

 

MC. Octobre 2015
http://grainesdereve.fr/