12046621_10207648543354208_3225232768193036773_n

Des bagues à chaque doigt, un foulard chamarré,
Le jais de longs cheveux entouré d'un bandeau,
Elle a cette beauté des femmes du midi,
Le feu tapi en braise au fond de ses yeux sombres

L'ombre sur les paupières, du cramoisi aux lèvres.
Dehors la brume flotte aux flancs des mamelons.
Des soupirs de la terre s'élèvent vers les cieux,
Ils pleurent des larmes grises étranges dans ces lieux.

Elle lit,
Sérieuse et concentrée
Son livre, je l'ai lu
Il y a tant d'années..

Il parle de la femme, celle qui sait en nous,
Celle qui, le soir va courir avec les loups
Celle dont le ventre rit et enchante la terre
Celle qui tend la main pour éteindre les fièvres
Celle, qui, dans les herbes, cueille une à une les simples
Celle qui porte l'enfant aux sources de la vie
Celle qui accompagne les âmes au grand passage
Celle qui peint, qui brode, qui chante et puis qui danse
Qui tisse en farandole les mots, ces perles d'or
Celle qui dans le tunnel de nos nuits assassines
Devine la lumière d'une étoile qui luit.

Je lui parle, tressant avec elle la chaîne,
L'immémoriale chaîne des âmes bien vivantes
Je reconnais en elle, une soeur, une fille
Prête à tenir debout, à engendrer la Joie.

Elle lit
Moi j'écris:
Nous veillons sur le monde.

Octobre 2015