Sans titre

 

Je connais des nuits mauves
la froide séduction,
victime consentante
d’un charme si puissant,
enveloppé de notes,
de soupirs, de silences.

Rapide la descente,
vertigineuse même.
La mort, son aile sombre
me frôlent et me caressent.
A nager dans les brumes
mon cœur, mon âme s’égarent
dans de vaines chimères
aux voiles vaporeux.

Le charme un jour se rompt,
le mage disparaît
brûlé sur le bûcher
qu’il avait allumé.

Suivant ma bonne étoile,
je quitte les abîmes,
je deviens Eurydice,
des enfers arrachée,
flamme violette
enfin réconciliée,
le regard éclairé
et l’âme alors en paix.

 

MC 2013