DSC00868

Je suis assise sur le trottoir d’à côté.
Je veux boire à la source la beauté,
m’enivrer de son éclat si doux
la contempler sans fin à genoux

Ici mes larmes, en coulant,
sont devenues purs diamants,
ici les chemins sont pavés
de joyaux, de perles irisées.

Je suis assise sur le trottoir d’à côté.
Je veux boire à la source la beauté,
m’enivrer de son éclat si doux,
la contempler sans fin à genoux

Ici au ciel dansent des voiles
de profond azur, semé d’étoiles.
J’entends des voix murmurer
des poèmes au goût de liberté.

Je suis assise sur le trottoir d’à côté.
Je veux boire à la source la beauté
m’enivrer de son éclat si doux
la contempler sans fin à genoux

Ici l’air est rempli de poudre d’or,
il n’y a plus ni dedans ni dehors.
Je vois des cœurs se dilater,
des hommes pleins de gaieté.

Je suis assise sur le trottoir d’à côté.
Je veux boire à la source la beauté
m’enivrer de son éclat si doux
la contempler sans fin à genoux

Ici la lumière est si belle,
elle se répand et ruisselle,
miroitante comme rosée
au soleil après l’ondée.

Sur le trottoir d’à côté
grandit une fraternité
silencieuse,
amoureuse

d’une vision de l’homme délivré
de son appétit de posséder,
de ses désirs manipulés
de ses parasites affamés.

Je suis assise sur le trottoir d’à côté.
Je veux contempler l’humanité,
ses espoirs fous, ses rêves,
sa recherche sans trêve

du sens secret de son destin,
des portes d’or vers un demain
tissé de tremblantes caresses,
frémissant d’indicible tendresse.

Je suis assise sur le trottoir d’à côté.
Je veux contempler l’humanité,
Ses espoirs fous, ses rêves,
Sa recherche sans trêve

de paroles limpides et précieuses,
de nuits claires et d’aubes radieuses,
de vibrantes et tendres présences,
du grand soleil de la conscience.

Je suis assise à côté sur le trottoir.
Je suis de l’autre côté du miroir,
là où l’on sème des graines d’espoir,
là où brillent des bougies dans le noir,

là où l’on contemple la beauté
sans fard d’un monde enfin réconcilié
là où se rejoignent des mains
aimantes pour bâtir l’humain.

 

MC janvier 2015