aq martine 0109

La bulle et le funambule

Tu étais bulle
belle bulle irisée,
portée par vent léger.
Et j’étais funambule
sur le fil de l’absence
de ta calme insouciance.

À pas menus, je marchais,
autour de moi, tu voletais,
caressant de couleurs
le ciel et ses nuées,
faisant naître en mon cœur
des papillons dorés.

Tu étais bulle,
belle bulle irisée
au grand soleil d’été
de l’amour qui renaît.
Et j’étais funambule
Par l’espoir transportée.

Et tu t’es élevé
si haut vers la lumière,
puis tu as éclaté
en mille éclats de verre.
L’abîme s’est fait sombre.
J’ai retrouvé mes ombres.

Tu étais bulle,
belle bulle irisée
et j’étais funambule
sur l’abîme perchée.

MC